Rechercher
Rechercher

Dernières Infos - Israël

Le Parlement relance un projet de loi sur la conscription des ultra-orthodoxes

Le Parlement israélien en réunion. Photo d'archives AFP/Menahem Kahana

Le Parlement israélien a voté mardi en faveur d'un projet de loi controversé défendu par le Premier ministre Benjamin Netanyahu, mais tancé par son ministre de la Défense, visant à augmenter progressivement la part de juifs ultra-orthodoxes dans la conscription militaire.

Le service militaire est obligatoire en Israël, mais les juifs ultra-orthodoxes peuvent l'éviter s'ils se consacrent à l'étude des textes sacrés du judaïsme, en vertu d'une exemption instaurée par David Ben Gourion, fondateur de l'Etat d'Israël, en 1948.

En 2022, peu avant l'arrivée du gouvernement de droite de Benjamin Netanyahu et de ses alliés des partis religieux et d'extrême droite, la Knesset (le Parlement) avait voté en première lecture un projet de loi encadrant le service militaire des ultra-orthodoxes. Ce projet visait à augmenter progressivement et de façon limitée la conscription des "harédim" ("ceux qui craignent Dieu" en hébreu), en imposant notamment des objectifs chiffrés d'étudiants en écoles talmudiques qui devront effectuer leur service militaire.

Mais dans un contexte de mobilisation générale du fait de la guerre déclenchée par l'attaque du mouvement islamiste palestinien Hamas contre Israël le 7 octobre et le rappel de centaines de milliers de réservistes, la colère monte en Israël sur l'idée même d'exemption pour les ultra-orthodoxes.

Les députés ont voté mardi (63 pour, 57 contre) en faveur de la poursuite de l'étude de ce projet de loi qui sera désormais "renvoyé pour discussions à la Commission des Affaires étrangères et de la Défense afin de poursuivre son étude avant les deuxième et troisième lectures", a indiqué la Knesset. Certains détracteurs estiment que ce texte est loin de répondre aux besoins en effectifs de l'armée israélienne.

Ces dernières semaines, la Cour suprême d'Israël a entendu des requêtes de groupes de la société civile israélienne demandant que les hommes ultra-orthodoxes fassent leur service militaire comme les autres, mais les juges n'ont pas encore rendu de décision à ce sujet. M. Netanyahu, dont la survie du gouvernement dépend du soutien des formations ultra-orthodoxes juives qui lui sont alliées, a voté pour aller de l'avant avec ce projet de loi. Mais son ministre de la Défense Yoav Gallant s'y est opposé, bien qu'il soit membre du même parti, le Likoud (droite). "Nous ne devons pas faire de la petite politique sur le dos des grands combattants de l'armée", a déclaré après le vote M. Gallant qui avait déjà défié le chef du gouvernement en annonçant une réforme du service militaire visant à inclure les haredim.

Le chef de l'opposition, Yaïr Lapid, a fustigé le vote du Parlement accusant sur X le gouvernement de Benjamin Netanyahu de "tout" faire pour se maintenir au pouvoir et de n'avoir ainsi "aucune valeur". "Il s'agit d'un des moments d'humiliation les plus ignobles jamais vécus par la Knesset", a-t-il ajouté, critiquant un vote à l'issue "d'une nouvelle journée de durs combats dans la bande de Gaza" qui encourage selon lui une partie de la population israélienne à se porter réfractaire.

Le Parlement israélien a voté mardi en faveur d'un projet de loi controversé défendu par le Premier ministre Benjamin Netanyahu, mais tancé par son ministre de la Défense, visant à augmenter progressivement la part de juifs ultra-orthodoxes dans la conscription militaire.Le service militaire est obligatoire en Israël, mais les juifs ultra-orthodoxes peuvent l'éviter...