Rechercher
Rechercher

Dernières Infos - Rafah

Les frappes israéliennes à Rafah pourraient "entraver" les pourparlers de trêve à Gaza, selon le médiateur qatari

Le président français Emmanuel Macron (3R) participe à une réunion avec le ministre jordanien des Affaires étrangères Ayman Safadi (4L), le ministre saoudien des Affaires étrangères Faisal bin Farhane (3L), Le Premier ministre du Qatar, Cheikh Mohammed bin Abdulrahman bin Jassim Al Thani (2L), et le ministre égyptien des Affaires étrangères, Sameh Shoukry (G), pour des entretiens sur la guerre à Gaza entre Israël et le groupe militant palestinien Hamas, à l'Élysée. Photo AFP/JULIEN DE ROSA

Les frappes israéliennes dans la ville palestinienne de Rafah pourraient « entraver » les pourparlers de trêve à Gaza, a mis en garde lundi le Qatar, pays médiateur entre Israël et le Hamas.

Le pays du Golfe s'inquiète du fait que « les bombardements vont compliquer les efforts de médiation en cours et entraver les efforts visant à parvenir à un accord pour un cessez-le-feu immédiat et durable dans la bande de Gaza », selon un communiqué du ministère qatari des Affaires Etrangères.

Le Qatar, les Etats-Unis et l'Egypte sont engagés depuis des mois dans des pourparlers visant à obtenir une trêve dans le territoire palestinien dévasté par près de huit mois de guerre.

Doha, qui accueille le bureau politique du Hamas depuis 2012, « condamne fermement les raids israéliens qui ont visé un camp de réfugiés à Rafah et fait des dizaines morts » dans cette ville surpeuplée du sud de la bande de Gaza, affirme le communiqué en dénonçant une « dangereuse violation du droit international ».

Le Qatar appelle « la communauté internationale à agir de toute urgence pour empêcher un génocide et protéger les civils », a-t-il ajouté.

Chef de file des pays du Golfe et poids lourd du Moyen-Orient, l'Arabie saoudite a également condamné « dans les termes les plus fermes la poursuite des massacres ».

Le royaume exprime « son rejet catégorique des violations flagrantes et continues par les forces d'occupation israéliennes de toutes les résolutions, lois et règles internationales », a indiqué le ministère saoudien des Affaires Etrangères en appelant la communauté internationale « à intervenir immédiatement ».

Les Emirats arabes unis, qui ont normalisé leurs relations avec Israël en 2020, ont également condamné le « ciblage des tentes de réfugiés », en soulignant « l'importance de respecter les mesures stipulées dans la récente décision de la Cour internationale de justice », qui a ordonné à Israël de mettre fin à ses opérations militaires à Rafah.

Le Koweït a dénoncé pour sa part des « crimes de guerre flagrants », tandis que le sultanat d'Oman a estimé que ces « actes odieux » nécessitaient « une intervention internationale dissuasive, y compris l'imposition de sanctions à Israël ».

Les frappes israéliennes dans la ville palestinienne de Rafah pourraient « entraver » les pourparlers de trêve à Gaza, a mis en garde lundi le Qatar, pays médiateur entre Israël et le Hamas. Le pays du Golfe s'inquiète du fait que « les bombardements vont compliquer les efforts de médiation en cours et entraver les efforts visant à parvenir à un accord pour un...