Rechercher
Rechercher

Dernières Infos - Diplomatie

La crise entre l'Argentine et l'Espagne s'aggrave encore

Vue de l'ambassade d'Espagne en Argentine, le 19 mai 2024. REUTERS/Agustin Marcarian

La crise diplomatique entre l'Argentine et l'Espagne déclenchée par des propos du président argentin Javier Milei sur l'épouse du Premier ministre espagnol Pedro Sánchez s'est aggravée mardi avec l'annonce par Madrid du retrait définitif de son ambassadrice de Buenos Aires.

"Je vous annonce que nous retirons notre ambassadrice de Buenos Aires", a déclaré le ministre espagnol des Affaires étrangères, José Manuel Albares, à l'issue du conseil des ministres, rappelant qu'elle avait déjà été rappelée dimanche pour consultations. 

"L'ambassadrice restera définitivement à Madrid. L'Argentine n'aura plus d'ambassadeur" espagnol, a-t-il ajouté, dénonçant les propos du président ultralibéral argentin comme un fait "unique dans l'histoire des relations internationales".

"C'est un fait sans précédent de voir un chef d'Etat venir dans la capitale d'un autre pays pour insulter ses institutions et pour commettre une ingérence claire dans ses affaires internes", a poursuivi le chef de la diplomatie espagnole.

Cette crise diplomatique inédite entre les deux pays a été provoquée par des propos tenus dimanche à Madrid par Javier Milei, invité d'honneur d'une convention du parti d'extrême droite espagnol Vox.

Dans un discours au ton belliqueux, il a attaqué, comme il en a l'habitude, le socialisme, mais s'en est aussi pris à l'épouse du Premier ministre espagnol, Begoña Sánchez, sans toutefois la nommer.

"Les élites mondiales ne réalisent pas à quel point la mise en application des idées du socialisme peut être destructrice. Elles ne savent pas le type de société et de pays que cela peut produire et le type de gens accrochés au pouvoir et le niveau d'abus que cela peut générer", avait-il déclaré. 

"Quand vous avez une femme corrompue, vous vous salissez et vous prenez cinq jours pour y réfléchir", avait ajouté le président argentin, qui n'a rencontré ni le roi Felipe VI ni Pedro Sánchez lors de sa visite de trois jours à Madrid.

Ces propos ont été perçus comme une allusion claire à la récente décision de M. Sánchez de suspendre toutes ses activités durant cinq jours pour réfléchir à une démission, après l'ouverture d'une enquête préliminaire pour "trafic d'influence" et "corruption" contre son épouse. 

"Lâche"

De retour lundi à Buenos Aires, Javier Milei a poursuivi son escalade verbale contre M. Sánchez, qu'il a qualifié de "lâche", et a refusé de s'excuser, comme le lui demande le gouvernement espagnol. 

"Je ne vais en aucun cas m'excuser auprès de lui", a-t-il déclaré dans une interview accordée à la chaîne TN. 

"C'est moi qui ai été attaqué", a-t-il ajouté, rappelant que des représentants du gouvernement espagnol l'avaient qualifié de "xénophobe, raciste, d'ultra-droite (...) de négationniste de la science, de misogyne".

Pour sa part, le Premier ministre espagnol a accusé lundi Javier Milei de ne pas avoir été "à la hauteur" des "liens fraternels unissant l'Espagne et l'Argentine" et s'est dit conscient qu'il n'avait pas parlé "au nom du grand peuple argentin".

Les tensions entre Madrid et Buenos Aires avaient éclaté il y a deux semaines après les déclarations du ministre espagnol des Transports, Oscar Puente, qui avait suggéré que M. Milei se droguait. 

La présidence argentine avait alors réagi en accusant Pedro Sánchez de n'apporter que "pauvreté et mort" en Espagne avec ses politiques. 

La numéro trois du gouvernement espagnol, Yolanda Diaz, avait, pour sa part, accusé vendredi M. Milei de semer la "haine".

Ces tensions entre les deux pays ont suscité les craintes du monde des affaires en Espagne, pays qui est le deuxième investisseur en Argentine après les États-Unis, avec un montant annuel de près de 15 milliards d'euros, selon l'Institut espagnol du commerce extérieur.

Le patronat et de grandes entreprises comme BBVA, Santander ou Telefonica ont exprimé leur inquiétudes relatives à un éventuel impact de cette crise sur les échanges entre les deux pays.


La crise diplomatique entre l'Argentine et l'Espagne déclenchée par des propos du président argentin Javier Milei sur l'épouse du Premier ministre espagnol Pedro Sánchez s'est aggravée mardi avec l'annonce par Madrid du retrait définitif de son ambassadrice de Buenos Aires.

"Je vous annonce que nous retirons notre ambassadrice de Buenos Aires",...