Rechercher
Rechercher

Moyen-Orient

Enlèvement des archevêques d'Alep : le chemin de Damas | 3/3

Dernier volet de notre enquête inédite sur l’enlèvement des archevêques d’Alep Boulos Yazigi et Youhanna Ibrahim. 

Enlèvement des archevêques d'Alep : le chemin de Damas | 3/3

Les archevêques Boulos Yazigi et Youhanna Ibrahim. Illustration Jaimee Haddad

« Ce n’est pas le régime », bat en brèche l’ancien patron de la Sûreté générale Abbas Ibrahim. « Je ne vois pas l’intérêt qu’il y aurait eu pour le régime syrien de kidnapper des archevêques. C’est un non-sens », estime pour sa part le directeur de...
« Ce n’est pas le régime », bat en brèche l’ancien patron de la Sûreté générale Abbas Ibrahim. « Je ne vois pas l’intérêt qu’il y aurait eu pour le régime syrien de kidnapper des archevêques. C’est un non-sens », estime pour sa part le directeur de...
commentaires (4)

Article magistral sur un sujet que j'ignorais totalement, mais qui est révélateur de bien plus que la disparition de ces archeveques. Merci.

Malektronic

01 h 57, le 13 mai 2024

Tous les commentaires

Commentaires (4)

  • Article magistral sur un sujet que j'ignorais totalement, mais qui est révélateur de bien plus que la disparition de ces archeveques. Merci.

    Malektronic

    01 h 57, le 13 mai 2024

  • Merci pour ces 3 articles: très documentés, très professionnels dans leur contenu et passionnants à lire . Le meilleur de l’OLJ! Bravo!!!

    Madi- Skaff josyan

    00 h 53, le 01 mai 2024

  • ""« Ce n’est pas le régime », bat en brèche l’ancien patron de la Sûreté générale Abbas Ibrahim. « Je ne vois pas l’intérêt qu’il y aurait eu pour le régime syrien de kidnapper des archevêques. C’est un non-sens », estime pour sa part le directeur de L’Œuvre d’Orient, Mgr Pascal Gollnisch"". C’est possible, mais ces déclarations par de doubles négations, "Ce n’est pas le régime" et le "non sens" ne sont que pour garder des portes ouvertes, pour une éventuelle libération, mais depuis l’éclatement de l’affaire, ces portes ne se font que défoncer…

    NABIL

    11 h 37, le 24 avril 2024

  • ""… il est essentiel de bien comprendre le contexte de l’époque"". C’est à la lecture du troisième volet de l’enquête, qu’on "comprend" d’où viennent les commanditaires. Si la "contextualisation" ne permet de balayer quelques incertitudes, c’est le pouvoir pour faire taire le Patriarche qui a dépassé les bornes par des déclarations (il a trop parlé) qui lui déplaisent. Désavouer le régime alaouite qui se ""présente comme le dernier rempart contre les fondamentalistes"", c’est dénoncer le "pompier pyromane". Le prix à payer est cher, Libanais comme Palestiniens en savent quelque chose…

    NABIL

    11 h 27, le 24 avril 2024

Retour en haut