Rechercher
Rechercher

Dernières Infos - Guerre Israël - Hamas

L'inaction du Conseil de sécurité "le rend complice du massacre" à Gaza, dénonce MSF


Une réunion du Conseil de sécurité des Nations Unies sur Gaza, au siège de l'ONU à New York, le 8 décembre 2023. Photo Yuki IWAMURA / AFP

L'inaction du Conseil de sécurité des Nations unies le rend « complice du massacre » dans la bande de Gaza, a dénoncé vendredi Médecins sans frontières (MSF) dans un communiqué.

« A ce jour, l'inaction du Conseil de sécurité des Nations Unies et les vetos des Etats membres, notamment des Etats-Unis, les rendent complices du massacre en cours », écrit l'ONG.

« Aujourd'hui, le Conseil de sécurité des Nations Unies doit exiger un cessez-le-feu immédiat et durable et lever le siège. Cette responsabilité incombe à chaque membre, l'histoire jugera tout retard pour mettre fin à ce massacre », interpelle MSF.

Le Secrétaire général de l'ONU, Antonio Guterres a convoqué une rénion d'urgence du Conseil ce vendredi sur la situation humanitaire à Gaza.

« La campagne israélienne de meurtres aveugles, de refus d'accès aux soins et de déplacements forcés répétés a rendu les conditions de vie de plus de deux millions de personnes insupportables », accuse encore l'ONG.

Israël impose un siège total au territoire palestinien depuis le 9 octobre, deux jours après l'attaque des commandos du Hamas, qui ont massacré 1.200 personnes, surtout des civils, en Israël, et pris quelque 240 autres en otage.

En représailles, Israël a pilonné le territoire palestinien et lancé le 27 octobre une offensive terrestre, interrompue fin novembre par une semaine de trêve, au cours de laquelle 105 otages ont été libérés. Mais les hostilités ont repris depuis. D'après le gouvernement du Hamas, plus de 17.000 personnes, dont 70% de femmes et de mineurs, ont péri.

L'aide humanitaire entrant sur le territoire palestinien, sous de strictes restrictions israéliennes, « n'est rien comparée aux besoins », a déclaré Christopher Lockyear, secrétaire général de MSF International.

« Nos collègues se sentent impuissants lorsqu'ils entendent des enfants leur dire qu'ils préféreraient mourir plutôt que de continuer à souffrir », a-t-il raconté, cité dans le communiqué.

« Les gens ont désespérément besoin de nourriture à cause du siège cruel qui leur est imposé », a-t-il ajouté.

« Ne pas agir maintenant, pour décréter un cessez-le-feu total et mettre fin au siège, serait impardonnable », a-t-il martelé, ajoutant: « nos médecins ne peuvent rien pour les morts. »

Il dénonce « une guerre totale qui n'épargne pas les civils. »

L'inaction du Conseil de sécurité des Nations unies le rend « complice du massacre » dans la bande de Gaza, a dénoncé vendredi Médecins sans frontières (MSF) dans un communiqué.« A ce jour, l'inaction du Conseil de sécurité des Nations Unies et les vetos des Etats membres, notamment des Etats-Unis, les rendent complices du massacre en cours », écrit l'ONG.« Aujourd'hui, le Conseil...