Rechercher
Rechercher

Dernières Infos - Ressources offshore

Bou Saab et Hochstein discutent à Washington de la "prochaine étape"

Bou Saab et Hochstein discutent à Washington de la

Le vice-président du Parlement libanais Elias Bou Saab lors d'un entretien avec l'AFP à Rabieh, au nord de Beyrouth, le 8 novembre 2022. Photo ANWAR AMRO / AFP

Le vice-président du Parlement Elias Bou Saab et l'émissaire américain Amos Hochstein ont discuté jeudi à Washington de la "prochaine étape" à suivre après la signature de l'accord sur la frontière maritime entre le Liban et Israël en octobre dernier.

L'accord, conclu le 27 octobre, délimitait les parties contestées entre les deux pays dans une zone maritime abritant plusieurs champs de gaz offshore potentiellement précieux. Il a mis fin à un différend sur la délimitation de la frontière datant de la fin des années 2000.

Dans un communiqué publié par son bureau de presse, M. Bou Saab a affirmé que la réunion de jeudi "a porté sur l'importance de la démarcation de la frontière maritime, la prochaine étape après l'accord, et ce que le Liban peut réaliser en termes de redressement financier et économique, conformément à une feuille de route précédemment discutée entre les deux parties, qui comprend une lutte efficace contre la corruption et l'adoption de lois pertinentes".

Les concertations étaient aussi axées sur une aide de plusieurs milliards de dollars qu'octroierait le Fonds monétaire international (FMI), avec lequel le Liban a conclu un accord préliminaire avril 2022. En contrepartie, le Liban doit mettre en œuvre certaines réformes économiques, notamment la restructuration du secteur bancaire, la réalisation d'un audit de la banque centrale et la levée du secret bancaire.

Les responsables de la Maison Blanche pour le Moyen-Orient, Brett McGurk, Tari Wolf et Nadine Zaatar, étaient présents à la réunion de jeudi.

La vacance présidentielle au Liban a en outre été examinée par ces responsables et M. Bou Saab, avant une réunion prévue la semaine prochaine en France sur cette question. Le Liban est sans président ni cabinet actif depuis la fin du mandat de l'ancien président Michel Aoun, le 31 octobre. La réunion de Paris portera essentiellement sur les moyens de mettre fin à l'impasse politique au Liban, a confirmé jeudi Anne-Claire Legendre, porte-parole du ministère français des Affaires étrangères. Des représentants de la France, des États-Unis, de l'Arabie saoudite, du Qatar et de l'Égypte doivent y participer.


Le vice-président du Parlement Elias Bou Saab et l'émissaire américain Amos Hochstein ont discuté jeudi à Washington de la "prochaine étape" à suivre après la signature de l'accord sur la frontière maritime entre le Liban et Israël en octobre dernier.L'accord, conclu le 27 octobre, délimitait les parties contestées entre les deux pays dans une zone maritime abritant plusieurs champs...