Rechercher
Rechercher

Lifestyle - La Mode

Doux et acéré, l’homme Hermès de l’hiver prochain cultive l’oxymore

« Une invitation à un voyage d’hiver » : la directrice artistique des collections masculines d’Hermès, Véronique Nichanian, livre pour la saison froide 2023-24 des vêtements « à histoires ». Blousons et manteaux amples, pantalons effilés, bijoux et foulards amènent des réminiscences tout en sublimant un dynamisme contemporain.

Doux et acéré, l’homme Hermès de l’hiver prochain cultive l’oxymore

La collection Hermès hommes automne-hiver 2023-24. Photo Filippo Fior/Hermès

Anthracite, gravier, brouillard, caramel, brun, camel, café, marine, ivoire, aigue-marine, noir : la palette à elle seule raconte une traversée. « La palette révèle des tons sourds qui s’enrichissent, se répondent, traversés d’un éclat de lumière, intense comme une lumière d’hiver », souligne le manifeste de la collection. L’homme Hermès de l’automne-hiver prochain s’habille comme on se prépare à un nouveau parcours. Il choisit ses lignes et ses correspondances. Associe des volumes opposés. Introduit un éclat lumineux dans un ensemble sombre. Oxymore, mais aussi harmonie de contraires, le vêtement devient voyage à part entière. Il est à la fois promenade en forêt, traversée en traîneau sous la neige, nuit dans un wagon-lit de quelque Orient Express, macadam sous la pluie…

Quelque chose des premières années du XXe siècle semble émerger d’une malle oubliée. Perfection technique de vêtements d’extérieur faits pour protéger et durer, lignes sophistiquées de l’éternel masculin. Mais un vent de liberté vient dépoussiérer ces essentiels, ajouter de la sensualité à l’austérité, du jeu dans les codes convenus, de la révolution digitale dans la révolution industrielle.

Des transitions, des hésitations créatives se révèlent dans des pulls et cardigans en cachemire. Photo Marton Perlaki/ Hermès

Le luxe d’une histoire

Des transitions, des hésitations créatives se révèlent dans des pulls et cardigans en cachemire sur lesquels se découpe un carré en twill de soie ex-libris noir et blanc, sans qu’on ne sache quelle matière émerge de l’autre. Autre invention de la saison : les pulls à manches courtes en cachemire à porter sur une chemise ou un pull fin à manches longues. Certains ont des cols amovibles. Dans la maille se lisent des motifs en cascade de petits carrés de tailles irrégulières tressés main, imitant des reprises : l’usure ainsi magnifiée offre au vêtement le luxe d’une histoire, l’apparition d’un passé, le secret d’un « pentimento », un supplément d’âme. On pourrait tout aussi bien y déchiffrer un motif rétrofuturiste, les reliefs d’une ville engloutie ou l’ébauche d’un graphisme réalisé par ordinateur. Ce détail est le fil rouge de cette collection. On le retrouve aussi bien dans la maille que sur le cuir des blousons. Il souligne la durabilité, vertu essentielle de la qualité, que seul un savoir-faire d’exception peut offrir.

La collection décline une offre généreuse en vêtements d’extérieur. Photo Filippo Fior

Affronter les éléments

La collection décline une offre généreuse en vêtements d’extérieur : manteaux et blousons droits en veau imprimé tartan ou veau sport, duffle-coats, gilets sans manches en peau lainée, manteaux droits et cardigans du soir en babylamb, manteaux de voyage en double cachemire déperlant, manteaux croisés en drap de laine à maxipoche en veau, autocoats croisés, parkas en laine et cachemire matelassés, imperméables en serge compacte déperlante… Tout est prévu pour affronter confortablement routes et tempêtes. Les poches, généreuses, créent un lien avec le vêtement, permettent de se l’approprier comme une seconde peau. Plusieurs pièces sont relevées d’attaches en mousqueton, à la fois utilitaires et ornementales.

Perfection technique de vêtements d’extérieur faits pour protéger et durer. Photo Filippo Fior/Hermès

Retour de la vie à l’extérieur

Adaptée au mode de vie post-Covid, cette ligne qui célèbre la vie à l’extérieur propose aussi des blousons à capuche amovible, des sweatshirts et des surchemises. À la fois stricts et informels, des costumes croisés en flanelle de cachemire ont des poches en veau, des costumes droits s’associent à des pantalons larges à plis, en serge de laine.

Les chemises et les pulls sont, ici, d’anthologie. Généreuses, taillées dans des textures précieuses, on trouvera des chemises à col montant et patte boutonnée en popeline de coton compacte, en flanelle de laine light ou en toile spinnaker, des chemises amples en flanelle de laine légère, d’autres à poches superposées en diagonale. Les chemises du soir à plastron décadré en popeline de coton sont de purs objets de désir. Les pantalons sont la plupart du temps étroits, à taille élastiquée. Ils se déclinent en agneau gomme, en drill de coton stretch, en flanelle de laine, serge de coton ou double jersey. Mais ces lignes affûtées n’excluent pas le pantalon large à plis ou à taille élastiquée en veau. Pour le soir, le modèle smogging joue l’hybridation entre smoking et jogging, en serge de laine à bandes en satin. Pour ce voyage entre brumes et éclaircies, l’accessoire a son importance, à commencer par la chaussure dont la semelle s’épaissit et se crante, notamment sur les bottines et derbies. Pour le soir, des derbies en veau à semelle crantée s’offrent un détail en métal palladié. Les sacs sont de nouvelles déclinaisons du Plume, du Kelly ou du Haut à courroies. Les bijoux comprennent des sautoirs et des mono-boucles d’oreilles Chaîne d’ancre ou Clou de forge.

Anthracite, gravier, brouillard, caramel, brun, camel, café, marine, ivoire, aigue-marine, noir : la palette à elle seule raconte une traversée. « La palette révèle des tons sourds qui s’enrichissent, se répondent, traversés d’un éclat de lumière, intense comme une lumière d’hiver », souligne le manifeste de la collection. L’homme Hermès de l’automne-hiver...
commentaires (0)

Commentaires (0)

Retour en haut