Rechercher
Rechercher

Dernières Infos - Crise politique

Koweït : démission du nouveau gouvernement


Une photo prise avec un drone montre le bâtiment de l'Assemblée nationale à Koweït City, au Koweït, le 7 octobre 2020. REUTERS/Stephanie McGehee/File Photo

Le gouvernement du Koweït a démissionné lundi trois mois seulement après sa formation, dernier épisode en date de la profonde crise politique qui agite ce riche Etat pétrolier du Golfe.

Le gouvernement démissionnaire, le sixième formé en trois ans, avait prêté serment en octobre après la victoire de l'opposition aux élections législatives, avec pour l'espoir de mettre fin aux turbulences politiques qui enrayaient toute tentative de réforme.

Le Premier ministre Ahmad Nawaf al-Ahmad Al-Sabah a remis la lettre de démission de son gouvernement au prince héritier Mechal al-Ahmad al-Jaber al-Sabah, a rapporté lundi l'agence de presse officielle Kuna. 

Cette démission intervient alors que les parlementaires envisageaient d'interroger mardi deux ministres au sujet d'un débat sur les prêts à la consommation et d'une mauvaise gestion des finances publiques de ce riche Etat, l'un des principaux pays exportateurs de pétrole brut au monde.

L'opposition, qui avait boycotté les élections législatives ces dix dernières années, a remporté fin septembre la majorité des sièges de l'Assemblée nationale.

Ces dernières années, les députés ont régulièrement pris à partie l'exécutif, y compris des ministres issus de la puissante famille régnante des Al-Sabah.

Le Koweït est le seul pays du Golfe doté d'une scène politique et d'une société civile très actives bien que les clefs du pouvoir restent essentiellement aux mains des Al-Sabah.

L'émir actuel, Nawaf al-Ahmad Al-Sabah, âgé de 85 ans, reste en retrait de la vie politique au profit du prince héritier.

Le gouvernement démissionnaire avait promis de s'attaquer à d'importants dossiers comme les projets de développement, la lutte contre la corruption et les investissements.

L'instabilité politique du Koweït a refroidi l'appétit des investisseurs et entravé les réformes dans ce pays certes riche mais qui peine à diversifier son économie comme le font actuellement ses puissants voisin saoudiens, qataris et émiratis.



Le gouvernement du Koweït a démissionné lundi trois mois seulement après sa formation, dernier épisode en date de la profonde crise politique qui agite ce riche Etat pétrolier du Golfe.

Le gouvernement démissionnaire, le sixième formé en trois ans, avait prêté serment en octobre après la victoire de l'opposition aux élections législatives,...