Rechercher
Rechercher

Monde - France

L’enquête judiciaire visant le bras droit de Macron se précise

Mis en examen en septembre pour prise illégale d’intérêts, le bras droit du président français Emmanuel Macron est soupçonné d’avoir « participé » plusieurs années durant à des décisions concernant l’armateur italo-suisse MSC malgré des liens familiaux avec ses dirigeants. Dans cette enquête riche de plus de cinquante auditions et dix perquisitions, Alexis Kohler, actuel secrétaire général de la présidence et premier collaborateur d’Emmanuel Macron, a été interrogé les 22 et 23 septembre. Dans le détail, les juges lui reprochent d’avoir « participé » de 2009 à 2012, comme administrateur, à cinq délibérations des instances de STX France (aujourd’hui Chantiers de l’Atlantique) et trois du Grand port maritime du Havre (GPMH), liés à MSC. Puis entre 2012 et 2016, lorsqu’il était haut fonctionnaire au ministère de l’Économie, d’avoir notamment « persisté (...) à émettre des avis ou donner des orientations stratégiques ayant trait » à des dossiers impliquant MSC. Une potentielle infraction, car la mère d’Alexis Kohler est cousine de Rafaëla Aponte, épouse du fondateur Gianluigi Aponte. Un lien familial « simple », mais au « 5e degré », « éloigné », pour l’intéressé. Devant les magistrats, Alexis Kohler a indiqué d’emblée n’avoir « jamais considéré être en situation de conflit d’intérêts ». Mais paradoxalement, il a martelé avoir tout fait, « dès novembre 2008 », pour se trouver loin du dossier MSC, selon des éléments de son interrogatoire dont l’AFP a eu connaissance mardi.


Mis en examen en septembre pour prise illégale d’intérêts, le bras droit du président français Emmanuel Macron est soupçonné d’avoir « participé » plusieurs années durant à des décisions concernant l’armateur italo-suisse MSC malgré des liens familiaux avec ses dirigeants. Dans cette enquête riche de plus de cinquante auditions et dix perquisitions, Alexis Kohler,...

commentaires (0)

Commentaires (0)

Retour en haut