Rechercher
Rechercher

Dernières Infos - Grèves

Y aura-t-il assez d'avions à Noël en France ?


Y aura-t-il assez d'avions à Noël en France ?

Un avion de la compagnie Air France. Photo d'illustration AFP

Les menaces de grève pour les salaires et les conditions de travail assombrissent le ciel français à l'approche des fêtes, le secteur aérien n'ayant pas totalement surmonté les effets de la crise sanitaire.

Après ceux d'Air France, ce sont les hôtesses et stewards de la filiale française d'easyJet qui ont menacé de déclencher un mouvement social au moment des fêtes tandis que la compagnie basée au Royaume-Uni s'est dite prête lundi à poursuivre le dialogue.

Aucun préavis de grève n'a encore été formellement déposé au sein du transporteur "low cost", contrairement à Air France où des syndicats de personnels navigants de cabine (PNC) ont prévu de se mobiliser du 22 décembre au 2 janvier sur fond de conflit social autour de leur accord collectif.

Mais les syndicats et la direction d'easyJet se sont séparés jeudi dernier sur un échec des négociations annuelles obligatoires sur les salaires (NAO), a expliqué William Bourdon, délégué du Syndicat national du personnel navigant commercial (SNPNC-FO).

Selon lui, alors que l'intersyndicale formée avec l'Union des navigants de l'aviation civile (Unac) réclame des augmentations en rapport avec l'inflation, ce que propose easyJet est "en dessous de 6%" pour la rémunération totale, comprenant parts fixes et variables. Et "dans le même temps", a assuré M. Bourdon, "la compagnie a choisi de changer d'assureur sur notre prévoyance santé". "Les augmentations de cotisations qu'on va subir en janvier du fait de ces mauvais choix-là ne seront pas compensées. (...) Sur la prévoyance, on a +94%".

Après l'échec des NAO s'est ouvert lundi un "processus de résolution de conflit" entre direction et syndicats mais M. Bourdon s'est dit pessimiste quant à l'issue de ces discussions.

Le SNPNC a mis en garde contre "un risque très important d'arrêt de travail du personnel navigant commercial pendant les fêtes de fin d'année". EasyJet France reste "toujours dans une logique de dialogue", a affirmé lundi à l'AFP son directeur général Bertrand Godinot.

Lors des NAO, les syndicats se sont vu proposer, selon lui, "une offre très compétitive et supérieure à l'inflation moyenne lors des 12 derniers mois, et malheureusement cette offre a été rejetée". Le mois dernier, easyJet a annoncé s'attendre à une troisième perte d'affilée pour ses résultats annuels décalés, attendus mardi.

Du côté d'Air France, la direction affirme que "la négociation est toujours en cours", l'objectif étant "d'atteindre un nouvel accord".

Après avoir perdu plus de 10 milliards d'euros cumulés en raison du Covid-19 en 2020 et 2021, le groupe Air France-KLM a réalisé un bénéfice net de 232 millions d'euros sur les neuf premiers mois de 2022, mais sa situation financière reste précaire.

Un autre conflit social dans l'aérien se profile, cette fois en outre-mer: les pilotes d'Air Guyane et Air Antilles ont annoncé la semaine dernière avoir déposé un préavis de grève du 17 au 22 décembre.


Les menaces de grève pour les salaires et les conditions de travail assombrissent le ciel français à l'approche des fêtes, le secteur aérien n'ayant pas totalement surmonté les effets de la crise sanitaire.Après ceux d'Air France, ce sont les hôtesses et stewards de la filiale française d'easyJet qui ont menacé de déclencher un mouvement social au moment des fêtes tandis que la...