Rechercher
Rechercher

Dernières Infos - Liban

Hajjar accuse le HCR de bloquer le retour des réfugiés en Syrie

Hajjar accuse le HCR de bloquer le retour des réfugiés en Syrie

Des réfugiés syriens sur le départ à Ersal, le 26 octobre 2022. Photo AFP

Le ministre libanais sortant des Affaires sociales, Hector Hajjar, a accusé lundi le Haut-commissariat des réfugiés (HCR) de chercher à garder les réfugiés syriens au Liban, lors d'une interview à la chaîne al-Hurra. "Le HCR n'a pas les moyens de venir en aide à l'ensemble des réfugiés mais il ne les encourage pas non plus à rentrer, ce qui nous pousse à nous poser des questions d'ordre politique", a lancé M. Hajjar, un fervent partisan du plan de retour "volontaire" des réfugiés syriens, mis en place par la Sûreté générale libanaise en coordination avec les autorités syriennes. 

Les autorités libanaises avaient déjà organisé depuis 2017 des opérations de "rapatriement volontaire" qui ont permis le retour d'environ 400.000 personnes, sur la base de listes nominatives soumises au régime syrien à l'avance. Mais des ONG estiment que le chiffre serait moins élevé et dénoncent des "retours forcés". L'ONU et de la communauté internationale estiment que la situation sécuritaire en Syrie n'est pas assez sûre pour des retours massifs et que les projets de rapatriement devraient attendre une résolution du conflit syrien.

En octobre dernier, "environ mille personnes" ont été rapatriées selon Hector Hajjar, dans le cadre d'un plan mené par le camp proche de l'ancien président Michel Aoun, qui se promettait de renvoyer 15 000 Syriens dans leur pays tous les mois. 

Interrogé sur la sécurité des personnes qui rentrent en Syrie, Hector Hajjar a estimé que "les réfugiés sont sujets à des rumeurs qui affirment qu'ils seront tués s'ils retournent (en Syrie), ce qui fait qu'ils ont peur". "Le monde entier sait qu'il n'y a plus de guerre en Syrie", a-t-il ajouté. "Les réfugiés sont des bombes à retardement qui vont bientôt se retrouver chez vous", a encore lancé le ministre à l'adresse de la communauté internationale. "Le jour viendra où ils ne pourront plus vivre au Liban, ils prendront alors la mer".



Le ministre libanais sortant des Affaires sociales, Hector Hajjar, a accusé lundi le Haut-commissariat des réfugiés (HCR) de chercher à garder les réfugiés syriens au Liban, lors d'une interview à la chaîne al-Hurra. "Le HCR n'a pas les moyens de venir en aide à l'ensemble des réfugiés mais il ne les encourage pas non plus à rentrer, ce qui nous pousse à nous poser des questions...