Rechercher
Rechercher

Dernières Infos - Religion

Le Vatican estime que la nomination d'un évêque en Chine viole un accord bilatéral


Un drapeau chinois près d'une statue de Matteo Ricci, un des fondateurs de l'Eglise en Chine, à Pékin, le 29 septembre 2018. Photo d'archives REUTERS/Jason Lee

Le Vatican a fait part samedi de sa "surprise" et de ses "regrets" après la nomination d'un évêque dans un diocèse de Chine non reconnu par le Saint-Siège, estimant que cela violait l'accord qu'il avait conclu en 2018 avec Pékin.

Dans un communiqué, "le Saint-Siège a noté avec surprise et regrets la nouvelle de la +cérémonie d'installation+, le 24 novembre à Nanchang, de Monseigneur Giovanni Peng Weizhao, l'évêque de Yujiang (province du Jiangxi), en tant qu'+évêque auxiliaire du Jiangxi+, un diocèse non reconnu par le Saint-Siège".

"Cet événement ne s'est pas déroulé conformément à l'esprit de dialogue qui existe entre les parties vaticane et chinoise et à ce qui était stipulé dans l'accord provisoire (de 2018, ndlr) sur la nomination des évêques". Le Vatican a révélé le mois dernier qu'il avait reconduit pour la deuxième fois l'accord secret permettant à la fois à Pékin et au Saint-Siège d'avoir leur mot à dire dans la nomination des évêques en Chine.

Depuis des décennies, il y a deux églises catholiques en Chine, une qui répond à Pékin et une congrégation "clandestine" qui reste fidèle à Rome - souvent au prix d'énormes sacrifices personnels. L'accord de 2018 a permis à Pékin de choisir des évêques et de faire approuver par le Saint-Siège leur désignation, mais il a été qualifié par certains de "trahison" des catholiques clandestins de Chine.

Le Vatican a jugé que la "reconnaissance civile" du nouvel évêque était intervenue, "d'après les informations reçues", sur fond de "pressions prolongées et intenses des autorités locales", sans fournir d'autres détails. "Le Saint-Siège espère que des épisodes similaires ne se répéteront pas" et a dit attendre une communication à ce sujet de la part des autorités chinoises. Le Vatican "réaffirme sa pleine disponibilité à poursuivre le dialogue respectueux concernant toutes les questions d'intérêt commun".

L'accord de 2018 a été reconduit malgré les tensions ayant résulté de l'arrestation en mai du cardinal à la retraite Joseph Zen, l'un des plus anciens cardinaux catholiques d'Asie, par les autorités à Hong Kong. Ce prélat de 90 ans fait partie des six dissidents condamnés vendredi pour avoir géré un fonds de plusieurs millions de dollars destiné à la défense des manifestants antigouvernementaux arrêtés en vertu de la législation sur la sécurité nationale que Pékin a imposée en 2020, un an après le déclenchement d'immenses manifestations, parfois violentes. 


Le Vatican a fait part samedi de sa "surprise" et de ses "regrets" après la nomination d'un évêque dans un diocèse de Chine non reconnu par le Saint-Siège, estimant que cela violait l'accord qu'il avait conclu en 2018 avec Pékin.Dans un communiqué, "le Saint-Siège a noté avec surprise et regrets la nouvelle de la +cérémonie d'installation+, le 24 novembre à Nanchang, de...