Rechercher
Rechercher

Dernières Infos - Nucléaire

Visite du Premier ministre israélien en Allemagne pour parler de l'Iran


Visite du Premier ministre israélien en Allemagne pour parler de l'Iran

Le Premier ministre israélien Yaïr Lapid lors d'un Conseil des ministres à Jérusalem, le 11 septembre 2022. Photo RONEN ZVULUN / POOL / AFP

Le Premier ministre israélien Yaïr Lapid s'est envolé dimanche pour Berlin, nouvelle étape de son offensive pour tenter de convaincre les puissances occidentales de ne pas renouveler l'accord sur le programme nucléaire de l'Iran, ennemi numéro un d'Israël.

La délégation israélienne, qui comprend aussi des responsables sécuritaires et des rescapés de la Shoah, a quitté l'aéroport Ben Gourion de Tel-Aviv dimanche après-midi, selon un journaliste de l'AFP à bord. M. Lapid doit s'entretenir lundi avec le président Frank-Walter Steinmeier, la cheffe de la diplomatie Annalena Baerbock et le chancelier Olaf Scholz.

Israël, dont l'Iran est le principal ennemi, mène une vive offensive diplomatique afin de convaincre les pays occidentaux, incluant le E3 (France, Allemagne, Grande-Bretagne), de s'opposer à un retour à l'accord sur le programme nucléaire de l'Iran, conclu en 2015 (JCPOA). Israël estime que l'accord actuellement en renégociation ne freinera pas le programme iranien et favorisera la levée des sanctions économiques ce qui pourrait, selon l'Etat hébreu, permettre à Téhéran d'accroître son soutien financier à ses ennemis à ses frontières comme le Hamas et le Hezbollah.

Ce week-end, Londres, Paris et Berlin ont exprimé leurs "doutes" sur l'engagement de Téhéran à parvenir à un "résultat positif" dans les négociations pour relancer l'accord, estimant que l'Iran "poursuit l'escalade de son programme nucléaire bien au-delà de ce qui pourrait être justifié de manière plausible pour des raisons civiles".

L'Iran, qui assure que son programme nucléaire est purement civil, a jugé "non constructive" cette déclaration, qui a été en revanche saluée par M. Lapid. "Je remercie la France, la Grande-Bretagne et l'Allemagne pour leur position ferme sur cette question", a-t-il dit dimanche."Le but de la visite en Allemagne est de coordonner les positions sur le programme nucléaire et de finaliser les derniers détails dans un document de coopération stratégique, économique et de sécurité, que nous sommes sur le point de signer", a-t-il ajouté sans épiloguer sur ce partenariat entre les deux pays.

"La visite (à Berlin) se focalisera sur les enjeux régionaux, et avant tout l'Iran. Il est important de continuer (...) à influencer la position européenne d'autant que l'Allemagne y joue un grand rôle", a déclaré à l'AFP une source diplomatique.

La délégation israélienne, incluant des rescapés de la Shoah, doit aussi visiter Wannsee, près de Berlin, lieu de la conférence ayant décidé des modalités de l'extermination de millions de Juifs par l'Allemagne nazie. 


Le Premier ministre israélien Yaïr Lapid s'est envolé dimanche pour Berlin, nouvelle étape de son offensive pour tenter de convaincre les puissances occidentales de ne pas renouveler l'accord sur le programme nucléaire de l'Iran, ennemi numéro un d'Israël.
La délégation israélienne, qui comprend aussi des responsables sécuritaires et des rescapés de la Shoah, a quitté l'aéroport...