Rechercher
Rechercher

Dernières Infos - Liban

Rapatriement des réfugiés syriens : le ministre Charafeddine s'en prend avec virulence à Mikati


Rapatriement des réfugiés syriens : le ministre Charafeddine s'en prend avec virulence à Mikati

Le ministre libanais sortant des Déplacés, Issam Charafeddine. Photo Dalati et Nohra

Le ministre sortant des Déplacés, Issam Charafeddine, s'en est pris vendredi avec virulence au Premier ministre sortant, Nagib Mikati, qu'il a accusé de faire primer ses intérêts personnels au détriment de ceux du peuple libanais en refusant de s'impliquer dans le dossier du rapatriement des réfugiés syriens dans leur pays. 

Ce n'est pas la première fois que M. Charafeddine adresse un tel reproche à M. Mikati, alors qu'il avait en outre reproché plus tôt dans la semaine à son collègue des Affaires sociales, Hector Hajjar, de s'approprier ses prérogatives concernant ce dossier. Celui-ci est revenu sur le devant de la scène avec le lancement d'un plan visant à faire rapatrier 15.000 réfugiés par mois en Syrie, mais cette initiative semble déjà battre de l'aile, faute de soutien de la part des autres parties impliquées, à savoir le Haut commissariat pour les réfugiés de l'ONU (HCR) et la Syrie, tel que l'avait reconnu jeudi M. Hajjar. 

"Nagib Mikati ne veut pas s'exposer sur ce dossier, et il essaie de créer des dissensions entre moi et le ministre Hajjar", a indiqué le ministre sortant des Déplacés dans un entretien sur "La voix du Liban". Il a estimé que le président du Conseil "est un homme d'affaires qui a des institutions en Occident, dans des pays donateurs,  et il ne veut donc pas être en désaccord avec eux, même si cela se fait au détriment du peuple libanais, qui tient au retour des déplacés syriens dans leur pays". 

Revenant sur la polémique concernant ses prérogatives dans ce dossier, il a affirmé en avoir été officiellement chargé par le Premier ministre sortant. "S'il veut me retirer de ce dossier, je veux l'entendre de sa bouche et qu'il en assume la responsabilité envers l'histoire et le peuple libanais", a-t-il ajouté. 

Le plan de rapatriement avait été annoncé sous l’impulsion de la présidence de la République il y a quelques semaines. Dans ce cadre, Issam Charafeddine s'était rendu lundi dernier en Syrie afin d'en effectuer un suivi. Toutefois, cette initiative semble difficile à concrétiser, le HCR s'y opposant, estimant que les conditions nécessaires pour un départ du Liban des réfugiés syriens ne sont toujours pas réunies. Cette position a fait dire à Hector Hajjar, lors d'une réunion jeudi au Grand Sérail de la cellule ministérielle chargée du dossier, que le Liban "ne peut pas prendre de décisions unilatérales". 


Le ministre sortant des Déplacés, Issam Charafeddine, s'en est pris vendredi avec virulence au Premier ministre sortant, Nagib Mikati, qu'il a accusé de faire primer ses intérêts personnels au détriment de ceux du peuple libanais en refusant de s'impliquer dans le dossier du rapatriement des réfugiés syriens dans leur pays. Ce n'est pas la première fois que M. Charafeddine adresse...