Rechercher
Rechercher

Sport - Tennis / Tournois ATP de Montréal et WTA de Toronto

Kyrgios s’offre Medvedev, Alcaraz cède sous la pression

Pas de miracle pour Serena, Swiatek en toute sérénité.

Kyrgios s’offre Medvedev, Alcaraz cède sous la pression

Nick Kyrgios (photo) a confirmé qu’il était l’épouvantail de l’été américain en éliminant mercredi soir le n° 1 mondial Daniil Medvedev au 2e tour du Masters 1000 de Montréal (6-7 (2/7), 6-4, 6-2). Minas Panagiotakis/Getty Images/AFP

Euphorique depuis sa finale perdue à Wimbledon et son premier titre en trois ans remporté dimanche dernier à Washington, Nick Kyrgios (37e mondial) a confirmé qu’il était l’épouvantail de l’été américain en éliminant mercredi soir le n° 1 mondial Daniil Medvedev au 2e tour du Masters 1000 de Montréal (6-7 (2/7), 6-4, 6-2). L’US Open (29 août-11 septembre), où le Russe défendra son titre, aura lieu dans un peu plus de deux semaines et la concurrence est prévenue : l’Australien, aussi talentueux que volcanique, joue de nouveau à son meilleur niveau en 2022, après deux années noires plombées par une dépression et des pensées suicidaires. Un US Open auquel le n° 2 mondial Alexander Zverev s’est montré hier pessimiste quant à une éventuelle participation, lui qui a repris l’entraînement il y a seulement cinq jours après sa grave blessure en demi-finales à Roland-Garros.

Entre-temps, à Montréal, une première surprise s’était produite : l’élimination du phénomène Carlos Alcaraz (n° 4) renversé (6-7 (4/7), 7-6 (9/7), 6-3) par Tommy Paul (34e mondial), qui a au passage effacé une balle de match au tie-break du 2e set. Paul, en quête d’un second succès sur le circuit après Stockholm l’an passé, affrontera au 3e tour le Croate Marin Cilic (16e), demi-finaliste du dernier Roland-Garros. Autres éliminés notables, le Grec Stefanos Tsitsipas (5e) et le Russe Andrey Rublev (8e), victimes de deux Britanniques : Jack Draper (82e), vainqueur (7-5, 7-6 (7/4)), et Daniel Evans (39e), qui s’est imposé (6-4, 6-4).

Parallèlement, au lendemain de l’annonce de sa prochaine retraite, Serena Williams n’a pu s’offrir un sursis au WTA 1000 de Toronto, éliminée mercredi soir au 2e tour par la Suissesse Belinda Bencic, au contraire de la n° 1 mondiale Iga Swiatek, passée en 8es de finale sans encombre. L’Américaine de 40 ans, qui avait remporté lundi dernier son premier match de l’année, six semaines après son retour manqué à Wimbledon, en battant la modeste Espagnole Nuria Parrizas Diaz, est cette fois tombée sur plus forte qu’elle, cédant (6-2, 6-4) en 1h18 face à la 12e joueuse mondiale. Si elle a parfois pu faire parler sa puissance, Williams a payé un manque évident de mobilité et trop de fautes directes, ne se créant qu’une occasion de breaker en fin de première manche, sous les yeux d’un public acquis à sa cause, certains brandissant des pancartes avec écrit « Queen » (Reine) ou simplement « Merci ». « J’aurais pu mieux jouer, mais Belinda a été très bonne. J’ai été très heureuse de pouvoir être là aujourd’hui. Ces 24 heures ont engendré beaucoup d’émotions. Comme je l’ai dit, je ne suis pas douée pour les adieux », a commenté Williams, les yeux embués. La veille, elle avait annoncé que « le compte à rebours est enclenché » s’agissant de sa retraite des courts, après 25 ans de carrière et 23 titres en Grand Chelem à son palmarès.

Son programme doit la conduire à partir de lundi prochain à Cincinnati, avant l’US Open qu’elle a remporté à six reprises et qui pourrait bien être l’endroit tout désigné pour des adieux. « C’est toujours un honneur d’être sur le court avec elle », lui a rendu hommage Bencic, lauréate du tournoi en 2015, qui affrontera l’Espagnole Garbiñe Muguruza (8e) au prochain tour. Plus tôt, aussi sereine qu’expéditive, Iga Swiatek, lauréate du dernier Roland-Garros, a réussi son entrée en lice (6-1, 6-2) aux dépens de l’Australienne Ajla Tomjanovic (72e). Irrésistible au printemps dernier sur la surface dure américaine, où elle s’est imposée à Indian Wells et Miami, la Polonaise entame parfaitement son été devant la mener, elle aussi, à l’US Open où elle fera figure de favorite pour tenter d’y remporter un second Grand Chelem en 2022.

Source : AFP


Euphorique depuis sa finale perdue à Wimbledon et son premier titre en trois ans remporté dimanche dernier à Washington, Nick Kyrgios (37e mondial) a confirmé qu’il était l’épouvantail de l’été américain en éliminant mercredi soir le n° 1 mondial Daniil Medvedev au 2e tour du Masters 1000 de Montréal (6-7 (2/7), 6-4, 6-2). L’US Open (29 août-11 septembre), où le Russe...

commentaires (0)

Commentaires (0)

Retour en haut