Rechercher
Rechercher

Agenda - Explosions du port

« Mémoire 232 », pour ne pas oublier à quoi ressemblait Beyrouth

« Mémoire 232 », pour ne pas oublier à quoi ressemblait Beyrouth

Les passants peuvent scanner le code QR placé sur certains bâtiments de la capitale pour comparer les lieux avant et après les explosions au port. Photo NaqdPolitics

À l’occasion de la deuxième commémoration du drame du port de Beyrouth, la plateforme médiatique indépendante NaqdPolitics lance « Mémoire 232 », une initiative documentaire portée par une vingtaine de jeunes volontaires pour retracer ce qui s’est passé ce jour-là et garder vivante la mémoire de la tragédie qui a frappé la capitale libanaise, le 4 août 2020.

Le projet consiste à placer un code QR intitulé « Chou Asdak » (Que veux-tu dire) sur certains bâtiments endommagés par l’explosion au port et qui ont ensuite été restaurés. En se connectant au code QR, les passants peuvent voir à quoi ressemblait chaque bâtiment avant le drame, ainsi que la rue qui lui est adjacente.

Plus de cent photos et vidéos ont ainsi été collectées par les volontaires pour alimenter ce projet, grâce au soutien de l’Association des familles des victimes du port de Beyrouth, du Comité des martyrs des sapeurs-pompiers de Beyrouth, d’experts et de certains habitants de la région. Le fruit de ce travail a été publié sur plusieurs sites architecturaux. On y retrouve des photos du port de Beyrouth et de ses environs, des locaux d’Électricité du Liban, ainsi que des clichés des secteurs de Mar Mikhaël et Gemmayzé.


À l’occasion de la deuxième commémoration du drame du port de Beyrouth, la plateforme médiatique indépendante NaqdPolitics lance « Mémoire 232 », une initiative documentaire portée par une vingtaine de jeunes volontaires pour retracer ce qui s’est passé ce jour-là et garder vivante la mémoire de la tragédie qui a frappé la capitale libanaise, le 4 août 2020. Le...