Rechercher
Rechercher

Dernières Infos - Frontière maritime avec le Liban

Hochstein s'est entretenu avec Israël, Washington salue une "avancée"


Hochstein s'est entretenu avec Israël, Washington salue une

L'émissaire américain chargé des négociations indirectes entre le Liban et Israël concernant le tracé de leur frontière maritime, Amos Hochstein, à Beyrouth le 14 juin 2022. Photo d'archives REUTERS/Mohamad Azakir

Le porte-parole du département d'État américain, Ned Price, a annoncé lundi soir qu'Amos Hochstein, émissaire US chargé des négociations indirectes entre le Liban et Israël au sujet de leur frontière maritime commune, a eu des discussions la semaine dernière avec Israël durant lesquelles il a évoqué le dossier avec les responsables de l'Etat hébreu, affirmant que cela a permis "une avancée dans l'objectif de réduire les différences" de point de vue entre les deux pays. Le diplomate s'était rendu au Liban début juin. Les responsables libanais lui avaient communiqué une nouvelle proposition consistant à élargir la ligne 23 pour inclure la totalité du champ maritime de Cana dans l'espace maritime libanais.

"À la suite des discussions avec les parties libanaises plus tôt ce mois-ci, le Haut conseiller de la Sécurité énergétique Amos Hochstein s'est entretenu la semaine dernière avec les parties israéliennes au sujet de la frontière maritime", a déclaré Ned Price dans un communiqué. "Les échanges ont été productifs et ont permis une avancée dans l'objectif de réduire les différences entre les deux bords. Les États-Unis resteront engagés avec toutes les parties dans les jours et semaines à venir", a conclu le responsable.

Réagissant au communiqué de Washington, le vice-président du Parlement libanais, Elias Bou Saab, qui suit de près le dossier de la frontière maritime, a qualifié de "positive" la prise de position américaine. "Nous apprécions l'engagement américain d'entrer en contact (avec les parties libanaise et israélienne, NDLR) dans les prochains jours, et espérons que cela aboutira à la reprise des négociations indirectes à Nakoura", écrit M. Bou Saab sur Twitter.

Les pourparlers entre le Liban et Israël avaient été entamés sur la base des revendications libanaises officielles enregistrées en 2011 auprès des Nations unies, en référence au décret 6433/2011 portant sur une zone de 860 km2 délimitée par ce qui a été appelé ligne 23. Ils avaient ensuite été interrompus en mai 2021 lorsque la délégation libanaise de négociateurs avait annoncé sa volonté de réclamer un droit supplémentaire sur 1.430 km2 limités par la ligne 29, coupant en deux le champ de Karish qui, selon l’État hébreu, se trouve dans sa zone économique exclusive reconnue par l’ONU. Mais pour être officialisée, cette revendication nécessitait l’amendement du décret 6433/2011, ce qui n’a jamais été fait par le Liban.

Le litige frontalier est sur la table depuis des années, mais les tensions se sont récemment ravivées après l'arrivée d'une plateforme gazière dans le champ de Karich, au large de l'État hébreu. Ce navire devrait extraire du gaz au profit d'Israël, sur une zone qui pourrait être contestée par le Liban.


Le porte-parole du département d'État américain, Ned Price, a annoncé lundi soir qu'Amos Hochstein, émissaire US chargé des négociations indirectes entre le Liban et Israël au sujet de leur frontière maritime commune, a eu des discussions la semaine dernière avec Israël durant lesquelles il a évoqué le dossier avec les responsables de l'Etat hébreu, affirmant que cela a permis "une...