Rechercher
Rechercher

Sport - Natation / Mondiaux

Ceccon remporte l’or et le record du 100 m dos

Un dix-septième titre pour Ledecky, deux adolescents de dix-sept ans sacrés.

Ceccon remporte l’or et le record du 100 m dos

À Budapest, le Roumain David Popovici est devenu à 17 ans champion du monde du 200 m nage libre. Avec un chrono de 1 min 43 sec 21/100es, il devient le quatrième homme le plus rapide de l’histoire sur la distance, établissant aussi un nouveau record du monde junior. Attila Kisbenedek/AFP

Au terme d’une course de très haut niveau, l’Italien Thomas Ceccon, âgé de 21 ans, s’est imposé comme le roi du 100 m dos aux championnats du monde de natation à Budapest, en Hongrie, avec un record du monde à la clé. La soirée a également été marquée par les sacres de deux adolescents de 17 ans, le Roumain David Popovici sur 200 m nage libre et l’Italienne Benedetta Pilato sur 100 m brasse.

Thomas Ceccon, quatrième aux Jeux olympiques de Tokyo l’été dernier, s’est imposé sur le 100 m dos en 51 sec 60/100es, enlevant un quart de seconde au précédent record du monde détenu par l’Américain Ryan Murphy depuis les Jeux olympiques de Rio en 2016. « Je n’ai pas encore réalisé que j’ai battu le record du monde », a réagi l’Italien, déjà médaillé de bronze lors du week-end dernier avec ses coéquipiers du 400 m nage libre. « Je n’ai pensé à aucun record ou temps avant de prendre le départ. J’ai juste nagé ma course (...) C’est tout simplement incroyable », a ajouté le jeune nageur. Ryan Murphy, lui, a pris la médaille d’argent et l’Américain Hunter Armstrong s’est paré de bronze. Les trois nageurs ont terminé sous les 52 secondes. Après trois jours de compétition, il s’agit du premier record du monde battu dans la Duna Arena de la capitale hongroise.

En fin de soirée, l’hymne italien a de nouveau retenti, cette fois pour Benedetta Pilato, qui a été titrée sur 100 m brasse. Grâce à un chrono de 1 min 5 sec 93/100es, elle a devancé l’Allemande Anna Elendt (1 min 5 sec 98/100es) et la Lituanienne Ruta Meilutyte (1 min 6 sec 02/100es). « C’est un rêve devenu réalité, a souri la nageuse âgée de seulement 17 ans. C’était ma première finale du 100 m brasse et j’étais déjà contente de l’avoir atteinte (...) Maintenant, me voilà avec l’or autour du cou. Je suis ravie de mon travail et de mon parcours. » À l’été 2019, à 14 ans seulement, Pilato était devenue vice-championne du monde du 50 m brasse à Gwangju, en Corée du Sud. Au total, c’est la troisième médaille d’or de ces championnats du monde pour l’Italie, après le titre de Nicolo Martinenghi sur 100 m brasse lors du week-end dernier.

L’autre exploit de la soirée a été réalisé par un autre adolescent, le Roumain David Popovici, âgé de 17 ans également. Avec un chrono de 1 min 43 sec 21/100es, il a conquis le trône du 200 m nage libre, devenant le quatrième homme le plus rapide de l’histoire sur l’épreuve et établissant au passage un nouveau record du monde junior. Au coude-à-coude avec le Britannique Tom Dean, champion olympique à Tokyo, pendant une grande partie de la course, il a fait la différence dans les 50 derniers mètres. « Le plan était de nager vite, pas forcément aussi vite, mais j’arrive à me surprendre moi-même », a-t-il déclaré en souriant. « Sur la dernière longueur, je me disais : c’est la plus grande course de ma vie jusqu’ici et je veux qu’elle soit mémorable pour moi et pour les autres », a-t-il confié avant de recevoir sa médaille des mains de l’Australien Ian Thorpe, l’une de ses inspirations. Le Sud-Coréen Sunwoo Hwang, à peine plus âgé (19 ans), a pris la deuxième place (1 min 44 sec 47/100es) devant Tom Dean, finalement troisième (1 min 44 sec 98/100es).

Âgée de seulement dix-sept ans, l’Italienne Benedetta Pilato a été sacrée championne du monde du 100 m brasse à Budapest. À l’été 2019, à quatorze ans seulement, Pilato était devenue vice-championne du monde du 50 m brasse à Gwangju, en Corée du Sud. Attila Kisbenedek/AFP

Favorite, Smith titrée

Encore du côté des femmes, l’Américaine Regan Smith, favorite de la course, a été sacrée championne du monde du 100 m dos. Elle a terminé en 58 sec 22/100es, devançant la Canadienne Kylie Masse (58 sec 40/100es) et sa compatriote Claire Curzan (58 sec 67/100es). Il s’agit du troisième titre de championne du monde pour Smith, déjà sacrée à deux reprises (200 m dos et en équipe dans le relais 4 x 100 m quatre nages) en 2019 en Corée du Sud.

En outre, toujours très attendue, l’Américaine Katie Ledecky a sans surprise remporté le 1 500 m nage libre, une course où elle est invaincue depuis dix ans. Elle s’est imposée en 15 min 30 sec 15/100es, avec presque 25 mètres d’avance sur la deuxième, sa compatriote Katie Grimes. « C’est super ! Le but était de garder le bon rythme. Mon entraîneur voulait que je descende sous les 15 min 32 sec. Je me suis dit que c’était un but raisonnable. Donc de faire 15 min 30 sec, c’est génial ! » a réagi l’Américaine, âgée de 25 ans, qui décroche ainsi le 17e titre mondial de sa carrière, un record chez les femmes.

Source : AFP


Au terme d’une course de très haut niveau, l’Italien Thomas Ceccon, âgé de 21 ans, s’est imposé comme le roi du 100 m dos aux championnats du monde de natation à Budapest, en Hongrie, avec un record du monde à la clé. La soirée a également été marquée par les sacres de deux adolescents de 17 ans, le Roumain David Popovici sur 200 m nage libre et l’Italienne Benedetta Pilato...

commentaires (0)

Commentaires (0)

Retour en haut