Rechercher
Rechercher

Dernières Infos - Formation du gouvernement au Liban

Les joumblattistes appuient Nawaf Salam à la présidence du Conseil

Les joumblattistes appuient Nawaf Salam à la présidence du Conseil

Le chef du Parti socialiste progressiste, Walid Joumblatt. Photo Nabil Ismaïl

Le Rassemblement démocratique, groupe parlementaire affilié au Parti socialiste progressiste (PSP) du leader druze libanais Walid Joumblatt, a annoncé mardi son soutien à la candidature de Nawaf Salam, ancien ambassadeur du Liban aux Nations Unies et actuel juge à la Cour internationale de Justice, à la présidence du Conseil, à deux jours des consultations parlementaires contraignantes prévues jeudi au palais présidentiel. Un Premier ministre chargé de former le nouveau gouvernement devra être nommé à l'issue de ces consultations.

Dans un communiqué publié à l'issue d'une réunion présidée par M. Joumblatt, le Rassemblement a annoncé qu'il nommera M. Salam pour former le prochain gouvernement, affirmant toutefois son intention de ne pas être représenté dans le futur cabinet. Le groupe a réitéré sa "conviction de la nécessité de former sans tarder une équipe ministérielle, loin de tout blocage, afin qu'elle puisse se lancer dans les missions qui lui sont confiées".

Ce n'est pas la première fois que le groupe parlementaire joumblattiste appuie la nomination de Nawaf Salam à la présidence du Conseil, ayant opté pour la même démarche en 2019, après la démission du gouvernement de Saad Hariri dans la foulée du mouvement de contestation d'octobre.

Le PSP est impliqué dans les tractations en cours entre les forces hostiles au pouvoir en place en vue de tenter d'unifier les rangs autour d'un candidat unique, face au Premier ministre sortant Nagib Mikati, donné favori à sa propre succession et fort de l'appui du tandem chiite Amal-Hezbollah. En face, l'ex-ambassadeur  du Liban à l'ONU peut donc compter sur l'appui des joumblattistes et des Kataëb de Samy Gemayel qui ont annoncé mardi qu'ils allaient le nommer pour former la future équipe. De son côté, un autre opposant, le chef des Forces libanaises (FL), Samir Geagea, hostile à une reconduction de M. Mikati, devrait annoncer la décision finale de son parti mercredi après une réunion du bloc parlementaire FL.

Pour les treize parlementaires issus de la contestation de 2019, le nom de Nawaf Salam ne fait pas l'unanimité. S'il bénéficie de l'appui du parti Taqqadoum, représenté à la Chambre par les députés Marc Daou et Najat Saliba, certains parlementaires de la contestation reprochent au juge d'avoir soutenu, lors des législatives de mai dernier, la liste appuyée par Fouad Siniora, ancien Premier ministre et figure de la classe politique traditionnelle, à Beyrouth II. Les parlementaires de la thaoura devraient dire leur dernier mot dans les prochaines 24 heures.


Le Rassemblement démocratique, groupe parlementaire affilié au Parti socialiste progressiste (PSP) du leader druze libanais Walid Joumblatt, a annoncé mardi son soutien à la candidature de Nawaf Salam, ancien ambassadeur du Liban aux Nations Unies et actuel juge à la Cour internationale de Justice, à la présidence du Conseil, à deux jours des consultations parlementaires contraignantes...