Rechercher
Rechercher

Dernières Infos - Droits des personnes handicapées

Sit-in devant la BDL contre les restrictions bancaires imposées aux ONG


Sit-in devant la BDL contre les restrictions bancaires imposées aux ONG

Sit-in d'organisations s'occupant de personnes handicapées devant la Banque du Liban, le 2 juin 2022. Capture d'écran d'une vidéo partagée sur Instagram @mariammajdoline

Plusieurs organisations s'occupant de personnes handicapées au Liban ont manifesté jeudi devant le siège de la Banque du Liban (BDL) à Beyrouth pour réclamer d'accéder à leurs fonds bloqués dans les banques, alors que la crise socio-économique a lourdement impacté le travail de ces organisations depuis près de trois ans. 

Des dizaines de membres et bénéficiaires de l'Union nationale pour le handicap, se sont rassemblés dans la matinée devant la BDL, avec des panneaux affirmant notamment "le droit des personnes handicapées à une vie digne". "Où est l'Etat face à ses responsabilités sociales ?", "Si ton fils était à ma place, que ferais-tu ?", pouvait-on également lire sur les pancartes brandies par les protestataires. La route longeant la BDL a été brièvement bloquée à la circulation par ce sit-in.

A l'instar de tous les citoyens libanais, les associations humanitaires, sont soumises à des restrictions bancaires drastiques sur leurs comptes en devises comme en livres libanaises. Elles réclament donc aux banques et à la BDL de mettre un terme aux difficultés rencontrées pour retirer les allocations qui leur sont, partiellement, versées par l'Etat et de pouvoir bénéficier de tous les fonds qui leur sont versés sous la forme de dons. 

Le ministre sortant des Affaires sociales, Hector Hajjar, qui se trouvait parmi les manifestants, les a exhortés à "hausser la voix" pour faire entendre leurs revendications, clamant que "la solution" aux difficultés rencontrées par les associations "se trouve chez le gouverneur de la banque centrale", Riad Salamé. La veille, M. Hajjar avait publié un communiqué rappelant les revendications des ONG, ce qui avait poussé la banque centrale à lui répondre, en assurant que le versement de 40 % des fonds dus par l'Etat pour l'année 2021 avait déjà été approuvé et que les associations pouvaient retirer ces montants auprès de la Banque. M. Hajjar avait alors appelé la BDL à "officialiser cette décision en émettant les circulaires nécessaires pour sa mise en application", indiquant que d'autres revendications attendent toujours une réponse de la banque centrale, à savoir : le paiement des salaires domiciliés, la suppression de toutes les limitations sur les retraits de dollars "frais" engendrés par les donations à l'attention des associations de bienfaisance, et l'adoption de facilités relatives aux plafonds de retrait en lollars (le dollar libanais auprès des banques).
Le ministre Hajjar est proche du camp aouniste, dont le gouverneur Salamé est la bête noire. 


Plusieurs organisations s'occupant de personnes handicapées au Liban ont manifesté jeudi devant le siège de la Banque du Liban (BDL) à Beyrouth pour réclamer d'accéder à leurs fonds bloqués dans les banques, alors que la crise socio-économique a lourdement impacté le travail de ces organisations depuis près de trois ans. Des dizaines de membres et bénéficiaires de l'Union...