Rechercher
Rechercher

Dernières Infos - Yémen

Manifestation et discussions pour une levée du siège à Taëz


Manifestation et discussions pour une levée du siège à Taëz

Une femme tient une feuille où est écrit "Mettez fin au siège de Taëz", lors d'une manifestation réclamant la levée de ce siège imposé par les rebelles houthis, le 25 mai 2022. Photo AHMAD AL-BASHA / AFP

Des centaines de Yéménites ont manifesté mercredi à Taëz, réclamant la levée du siège imposé par les rebelles houthis, tandis que les parties au conflit sont à Amman pour discuter de la réouverture des routes menant à cette ville dans le sud-ouest du pays.

"Houthis traîtres", a scandé la foule, qui comprenait des femmes et des enfants, appelant à l'application de la trêve qui avait été négociée par l'ONU pour une période initiale de deux mois dans le pays dévasté par la guerre. La trêve, en vigueur depuis le 2 avril, prévoit un cessez-le-feu, relativement respecté, mais aussi des mesures devant alléger les souffrances des yéménites - notamment la reprise du trafic aérien dans la capitale et la levée du siège imposé à certaines villes comme Taëz - qui tardent à se concrétiser, les deux parties s'accusant mutuellement de ne pas tenir leur engagements.

Entourée de montagnes, cette ville qui compte environ 600.000 habitants est quasiment coupée du monde depuis le début du conflit en 2015. Contrôlée par le gouvernement, elle est encerclée par les rebelles houthis, soutenus par l'Iran, qui ont pris le contrôle de larges pans du territoire, provoquant l'intervention militaire d'une coalition dirigée par l'Arabie saoudite.

"Nous demandons à la communauté internationale et à l'émissaire de l'ONU (Hans Grundberg) de lever rapidement le siège imposé à la ville", a déclaré à l'AFP Khalifa al-Samei, un résident de Taëz, qui manifeste pour dénoncer un blocus "injuste". Pour Ichrak Hail, une autre manifestante, la question doit être tranchée. "La réouverture des routes aura lieu, par la paix ou par la guerre. Nous ne supplierons personne", a-t-elle déclaré.

Le bureau de M. Grundberg a annoncé que des discussions entre le gouvernement yéménite et les rebelles ont débuté mercredi à Amman, en Jordanie, sur "l'ouverture des routes à Taëz et dans d'autres gouvernorats dans le cadre de l'accord de trêve". La semaine dernière, l'émissaire de l'ONU a dit oeuvrer pour obtenir la reconduction de la trêve, qui s'achève le 2 juin. La guerre a fait des centaines de milliers de morts au Yémen et poussé le pays le plus pauvre de péninsule arabique au bord de la famine.


Des centaines de Yéménites ont manifesté mercredi à Taëz, réclamant la levée du siège imposé par les rebelles houthis, tandis que les parties au conflit sont à Amman pour discuter de la réouverture des routes menant à cette ville dans le sud-ouest du pays."Houthis traîtres", a scandé la foule, qui comprenait des femmes et des enfants, appelant à l'application de la trêve qui...