Rechercher
Rechercher

Dernières Infos - Drame au port de Beyrouth

Décès d'un blessé dans l'explosion du 4 août 2020

Décès d'un blessé dans l'explosion du 4 août 2020

Georges Haddad, 68 ans, devenu invalide suite à ses blessures dues à l'explosion meurtrière au port de Beyrouth, est décédé le 20 mai 2022. Photo tirée du compte Instagram LUPD

Georges Haddad, 68 ans, devenu invalide suite à ses blessures dues à l'explosion meurtrière au port de Beyrouth le 4 août 2020, est décédé vendredi, a indiqué samedi l'Union libanaise pour les personnes souffrant de handicaps physiques (LUPD).

"L'explosion ne l'a pas tué. C'est son pays qui l'a tué", a déploré l'association sur son compte Instagram. "Alors que la deuxième commémoration de l'explosion du 4 août 2020 approche, Georges Haddad est décédé hier (vendredi), succombant à ses blessures dues à l'explosion et qui l'avaient rendu invalide".

L'association a précisé que la victime a souffert de "complications de santé qu'elle aurait pu éviter si elle avait reçu les soins médicaux appropriés" et dénoncé la "négligence" de l'Etat. "Il aurait peut-être été parmi nous aujourd'hui si son pays ne l'avait pas négligé, comme il a négligé les blessés de l'explosion et les personnes invalides", a regretté la LUPD (Lebanese Union for People with Physical Disabilities), qui a regretté la difficulté d'accès au traitement.

Depuis le 4 août 2020 et jusqu'à aujourd'hui, plusieurs victimes grièvement blessées le jour de la catastrophe succombent à leurs blessures : fin mars, Julia Audi et Rita Antoun Hardini se sont ajoutées à ce triste bilan. Le 4 août 2021, un an jour pour jour après le drame, c'est Arlette Katta qui s'était éteinte dans un centre de soins.

L'explosion du port était due au stockage sans mesures de sécurité depuis fin 2013 d'énormes quantités de nitrate d'ammonium qui avaient pris feu, ce que les autorités ont elles-mêmes avoué. Outre le lourd bilan humain, le cataclysme a dévasté des quartiers entiers de la capitale libanaise dans un pays en plein effondrement économique.

L'enquête confiée au juge Tarek Bitar est suspendue par les nombreux recours présentés à son encontre par plusieurs responsables politiques et sécuritaires qu'il poursuit. Les ingérences flagrantes de toutes parts de l'échiquier politique font craindre aux proches des victimes une impunité totale des responsables.


Georges Haddad, 68 ans, devenu invalide suite à ses blessures dues à l'explosion meurtrière au port de Beyrouth le 4 août 2020, est décédé vendredi, a indiqué samedi l'Union libanaise pour les personnes souffrant de handicaps physiques (LUPD)."L'explosion ne l'a pas tué. C'est son pays qui l'a tué", a déploré l'association sur son compte Instagram. "Alors que la deuxième...