Rechercher
Rechercher

Dernières Infos - Législatives 2022

Baalbeck-Hermel : le candidat maronite des FL dénonce "la violence et les intimidations" du Hezbollah

Baalbeck-Hermel : le candidat maronite des FL dénonce

Le candidat des Forces libanaises au siège maronite de la circonscription de Baalbeck-Hermel, Antoine Habchi. Photo tirée de la page Facebook de M. Habchi

Le candidat des Forces libanaises au siège maronite de la circonscription de Baalbeck-Hermel, Antoine Habchi, a dénoncé mercredi le fait que, dans cette région, la campagne en vue du scrutin législatif du 15 mai 2022 se déroule sous le signe "de la violence et des intimidations", alors que deux candidats chiites de la liste des FL se sont retirés de la course ces dernières semaines, dans ce fief du Hezbollah et d'autres se sont fait intimider.

"Au lieu que ces élections soient libres et démocratiques, elles se transforment en scrutin de la violence et de l'intimidation", a déclaré M. Habchi, candidat à sa réélection, lors d'une conférence de presse. Il a dénoncé le fait que le Hezbollah "retire leur carte d'identité", nécessaire pour aller voter, à certains électeurs qui veulent voter contre le parti chiite. Selon lui,  9,7 % des chiites ont voté pour des candidats s'opposant au Hezbollah en 2018, "ce qui prouve la volonté des gens de voir arriver un député chiite de l'opposition". 

Le député FL a encore dénoncé l'agression mardi d'un autre candidat chiite de la liste FL dans la circonscription, Hussein Raad, lors de funérailles. La semaine dernière, c'était le cheikh Abbas Jaouhari, candidat chiite allié au parti de Samir Geagea qui s'était fait intimider en plein meeting électoral par de jeunes éléments armés. "Le rôle de l'Etat est de protéger le processus électoral et la justice doit faire son travail", a rappelé Antoine Habchi concernant ces incidents. 

Il a en outre dénoncé les pressions exercées par le Hezbollah pour pousser les candidats Ramez Amhaz et Hayman Mcheik à se retirer de la course électorale. "La façon dont ces candidats se sont retirés, en lisant des communiqués sans regarder les caméras montre clairement pourquoi ces retraits ont eu lieu", alors même que ces personnes étaient "enthousiastes à l'idée de se présenter", observe le parlementaire des FL. "Je ne comprends pas ce qui effraie autant (le Hezbollah) pour qu'il se lance dans les élections dans une telle atmosphère de pression", a-t-il ajouté.

Dix sièges sont à pourvoir dans la circonscription de Baalbeck-Hermel : six chiites, deux sunnites, un maronite et un grec-catholique. Et six listes s'y opposent. L'une alliant le tandem Amal-Hezbollah d’une part et le Courant patriotique libre (CPL) de l’autre, avec le Parti syrien national social (PSNS). Une autre est parrainée par les FL, allié au cheikh Abbas Jaouhari. Trois listes relèvent de la contestation d’octobre 2019, dont une parrainée par Charbel Nahas, chef du mouvement Citoyens et citoyennes dans un État. La dernière est parrainée par les tribus et clans dont la présence est traditionnelle dans la région de Baalbeck-Hermel.



Le candidat des Forces libanaises au siège maronite de la circonscription de Baalbeck-Hermel, Antoine Habchi, a dénoncé mercredi le fait que, dans cette région, la campagne en vue du scrutin législatif du 15 mai 2022 se déroule sous le signe "de la violence et des intimidations", alors que deux candidats chiites de la liste des FL se sont retirés de la course ces dernières semaines, dans...