Rechercher
Rechercher

Auto - Véhicules électriques

Sony et Honda vont faire équipe

Ford émancipe ses activités pour leur donner la « culture start-up ».

Sony et Honda vont faire équipe

La version électrique du populaire pick-up Ford F-150, qui sortira au printemps prochain. Frederic J. Brown/AFP

Le géant japonais de l’électronique haut de gamme Sony a franchi une nouvelle étape dans sa quête de rejoindre le marché automobile en s’alliant à son compatriote Honda pour développer, produire et commercialiser dès 2025 des véhicules électriques. Les deux groupes prévoient de fonder une coentreprise dès cette année pour développer et vendre des « véhicules électriques à batterie à haute valeur ajoutée » et fournir ensemble des services de mobilité, selon un communiqué commun.

Honda sera chargé de fabriquer le premier modèle dans ses propres usines, tandis que Sony va pour sa part développer une plateforme dédiée aux services de mobilité. Comptant parmi les pionniers mondiaux des véhicules à pile à combustible, Honda s’est fixé l’an dernier un objectif ambitieux de 100 % de ventes de véhicules électriques (fonctionnant avec des batteries électriques ou à l’hydrogène) dans le monde entier d’ici à 2040. Il est par ailleurs déjà partenaire du géant américain General Motors dans les nouvelles technologies automobiles, dont les véhicules électriques et autonomes.

De son côté, pour accompagner la fin des moteurs thermiques et ferrailler avec les start-up, Ford chamboule son organisation avec une nouvelle entité consacrée aux voitures électriques et prévoit désormais d’y consacrer 50 milliards de dollars. « Notre mode d’organisation traditionnel nous freinait. Nous devions changer », a justifié le PDG du constructeur américain, Jim Farley. La nouvelle entité, baptisée Ford Model e, « cultivera le talent, la culture et l’intensité d’une start-up », a-t-il dit, ne cachant pas son objectif de dépasser les constructeurs 100 % électriques. Elle doit développer les plateformes et modèles électriques du groupe, ainsi que ses logiciels et services connectés. Les véhicules à moteur thermique seront rassemblés sous l’étiquette Ford Blue. Bousculés par les start-up comme Tesla ou Nio, les constructeurs automobiles traditionnels ont accéléré l’électrification de leurs gammes et cherchent à retrouver la confiance des investisseurs.

Stellantis aussi

Électrique, connecté et peut-être n° 1 mondial : Stellantis affiche, lui, des ambitions dévorantes. Le groupe compte lancer 75 modèles électriques d’ici à 2030 pour ses marques Peugeot, Opel, Fiat, Alfa Romeo ou Maserati, a indiqué son directeur général Carlos Tavares. Un des symboles en sera Jeep, qui aura droit à son SUV 100 % électrique début 2023. Le premier pick-up électrique de la marque Ram doit aussi aller sur les terres de Ford, Rivian ou Tesla sur le marché américain en 2023.

Le groupe issu de la fusion de Peugeot-Citroën et Fiat-Chrysler veut diviser ses émissions de carbone par deux d’ici à 2030 par rapport à celles de 2021, et les abaisser de 90 % d’ici à 2038. Le groupe évoque un bilan « zéro émission carbone » avec 10 % de compensation maximum. Avec son objectif de ventes en Europe, Stellantis rejoint les groupes Volvo et Ford ou encore la marque Renault, devance l’objectif de la Commission européenne qui vise l’année 2035, alors même que Carlos Tavares s’est montré longtemps dubitatif.

Source : AFP


Le géant japonais de l’électronique haut de gamme Sony a franchi une nouvelle étape dans sa quête de rejoindre le marché automobile en s’alliant à son compatriote Honda pour développer, produire et commercialiser dès 2025 des véhicules électriques. Les deux groupes prévoient de fonder une coentreprise dès cette année pour développer et vendre des « véhicules électriques...

commentaires (0)

Commentaires (0)

Retour en haut