Rechercher
Rechercher

Dernières Infos - Conflit

La BBC suspend le travail de ses journalistes en Russie


La BBC suspend le travail de ses journalistes en Russie

Le siège de la BBC. Photo d'illustration AFP

La BBC a annoncé vendredi suspendre "temporairement" le travail de ses journalistes en Russie pour assurer leur "sécurité", après l'adoption d'une loi prévoyant des peines de prison en cas de diffusion d'"informations mensongères sur l'armée" au sujet de l'invasion russe de l'Ukraine.

Estimant que Moscou semblait vouloir "criminaliser le journalisme indépendant", le directeur général Tim Davie a souligné dans un communiqué que "cela ne laisse d'autre choix que de suspendre temporairement le travail de tous les journalistes de BBC News" et de leurs collaborateurs sur le territoire russe. "La sécurité de nos équipes est primordiale et nous ne sommes pas préparés à les exposer au risque de poursuites pénales simplement pour faire leur travail", a-t-il ajouté, saluant leur "courage, leur détermination et leur professionnalisme". Tim Davie précisé que la BBC continuerait à informer en russe depuis l'extérieur de la Russie. Outre cette nouvelle loi, le régulateur russe des médias Roskomnadzor a annoncé avoir restreint l'accès à la BBC, la radio-télévision internationale allemande Deutsche Welle (DW) ou encore Voice of America.

De nombreux Russes s'étaient tournés vers la BBC pour s'informer depuis l'offensive en Ukraine. Son site d'information en russe, déjà très suivi, avait vu son audience plus que tripler sur un an, à 10,7 millions en moyenne hebdomadaire. Le nombre de visiteurs en Russie sur le site en anglais bbc.com avait lui bondi de 252% à 423.000 la semaine dernière, selon un communiqué de la BBC.


La BBC a annoncé vendredi suspendre "temporairement" le travail de ses journalistes en Russie pour assurer leur "sécurité", après l'adoption d'une loi prévoyant des peines de prison en cas de diffusion d'"informations mensongères sur l'armée" au sujet de l'invasion russe de l'Ukraine.
Estimant que Moscou semblait vouloir "criminaliser le journalisme indépendant", le directeur général...