Rechercher
Rechercher

Dernières Infos - Crise

Le Kazakhstan assure que la Russie ne remettra pas en question ses frontières

Le Kazakhstan assure que la Russie ne remettra pas en question ses frontières

Le président du Kazakhstan Kassym-Jomart Tokaïev, le 7 janvier 2022. Photo AFP

Le président du Kazakhstan a affirmé jeudi que son homologue russe lui avait assuré qu'il ne remettrait jamais en question les frontières de ce pays d'Asie centrale, au moment où la Russie est accusée de vouloir attaquer son voisin ukrainien.

Dans un entretien avec le média public kazakh Qazaqstan, Kassym-Jomart Tokaïev a déclaré que Vladimir Poutine lui avait fait la promesse que "la question territoriale ne serait jamais soulevée".

"Dès lors, il n'y a aucune raison de s'inquiéter (...) nos frontières sont pleinement définies et fixées", a dit le dirigeant kazakh. Le Kazakhstan, une ancienne république soviétique indépendante depuis 1991, partage avec la Russie l'une des frontières les plus longues du monde, soit près de 7.000 kilomètres.

Ces dernières années, plusieurs députés russes, y compris deux membres du parti de Vladimir Poutine, ont remis en cause ces délimitations. L'affaire est très sensible au Kazakhstan, étant donné qu'une importante minorité russe vit dans le nord de son territoire. En 2014, après l'annexion de la Crimée ukrainienne par Moscou, puis l'éclatement d'une guerre entre des séparatistes prorusses et Kiev, des voix se sont inquiétées d'une possible répétition de ce scénario au Kazakhstan.

Le récent déploiement de plus de 100.000 soldats russes aux frontières ukrainiennes, en vue d'une attaque contre Kiev craignent les Occidentaux, ce que le Kremlin dément, a aussi alimenté des inquiétudes. Mais, dans son interview parue jeudi, Kassym-Jomart Tokaïev a décrit la Russie comme "un voisin tombé du ciel" et les déclarations de députés russes s'interrogeant au sujet des frontières kazakhes de "déraisonnables et inappropriées". "Évidemment, les autorités (russes) et le Kremlin ne soutiennent pas une telle position", a relevé le dirigeant kazakh.

Le mois dernier, le Kazakhstan a été ensanglanté par des émeutes ayant suivi des manifestations pacifiques, faisant plus de 200 morts et poussant Kassym-Jomart Tokaïev à appeler à la rescousse un contingent militaire dirigé par la Russie. Cette force de plus de 2.000 soldats a quitté le Kazakhstan mi-janvier. Elle avait été déployée dans le cadre d'une alliance militaire entre d'anciennes républiques soviétiques, l'Organisation du traité de sécurité collective


Le président du Kazakhstan a affirmé jeudi que son homologue russe lui avait assuré qu'il ne remettrait jamais en question les frontières de ce pays d'Asie centrale, au moment où la Russie est accusée de vouloir attaquer son voisin ukrainien.
Dans un entretien avec le média public kazakh Qazaqstan, Kassym-Jomart Tokaïev a déclaré que Vladimir Poutine lui avait fait la promesse que "la...