Rechercher
Rechercher

Dernières Infos - Covid-19 au Liban

Plus de 6.100 cas en 24h, Araji déplore un taux de positivité "très élevé"

Plus de 6.100 cas en 24h, Araji déplore un taux de positivité

Un soignant se prépare à administrer une dose du vaccin Spoutnik V contre le Covid-19. Photo d'illustration Nabil Ismail

La pandémie de Covid-19 continue de gagner du terrain au Liban après les fêtes de fin d'année, le taux de positivité par rapport au nombre de tests effectués restant "très élevé", selon le président de la commission parlementaire de la Santé, Assem Araji. Au cours des dernières 24 heures, le pays a en effet enregistré 6.109 nouvelles contaminations au coronavirus, dont 162 en provenance de l'étranger, ainsi que 14 décès, selon le bilan quotidien publié lundi par le ministère de la Santé. Le bilan fait également état de 732 hospitalisations dont 378 aux soins intensifs. Quant au  taux d'occupation des lits réservés aux patients souffrant du coronavirus dans le pays, il est de 64% et monte à 77% dans les unités de soins intensifs. Depuis son apparition dans le pays en février 2020, la pandémie a fait un total de 826.279 contaminations au Liban, dont 9.397 décès. Globalement, le taux de positivité par rapport au nombre de tests effectués au cours des 24 heures écoulées demeure alarmant après les fêtes de fin d'année et s'élève à 19,2%.

Côté vaccination, 46,5% des personnes éligibles ont reçu une première dose de vaccin contre le virus, et 37,4% les deux doses requises avec les produits Pfizer, AstraZeneca, Spoutnik-V ou Sinopharm. De leur côté, 18,8% des personnes ont déjà reçu leur troisième dose depuis le début de la campagne de rappel en octobre 2021.

Réagissant à ces chiffres, M. Araji a déploré lundi le taux "très élevé" de positivité par rapport au nombre de tests effectués, qui a frôlé les 20%, notant que "selon l'Organisation mondiale de la santé, ce taux ne doit pas dépasser les 5%". "Jusqu'à présent, nous ne pouvons toujours pas savoir comment la pandémie va évoluer durant les prochains jours. Nous ne savons pas si nous avons atteint le pic, notamment en raison du froid et vu que les Libanais ne respectent pas les mesures de prévention", a-t-il indiqué, selon des propos rapportés par l'Agence nationale d'information (Ani, officielle).

Ces chiffres ont été enregistrés à l'heure où le variant Omicron poursuit sa propagation à une vitesse alarmante dans le monde, et dans un pays dont le secteur sanitaire est frappé de plein fouet par la crise économique et financière. Alors que le ministre de la Santé, Firas Abiad, s'était montré particulièrement optimiste il y a quelques jours, prédisant une régression de la vague Omicron cette semaine, les élèves des écoles privées ont repris lundi les cours après des vacances de Noël qui ont duré un mois. Ces établissements n'avaient pas répondu à l'appel du ministre de l’Éducation, Abbas Halabi, à une rentrée le 10 janvier, en raison de la propagation de la pandémie.

Mais dans les écoles publiques, les élèves n'ont toujours pas repris les cours, leurs enseignants étant toujours en grève pour demander l'amélioration de leurs conditions salariales au vu de la grave crise économique dans le pays. A leur tour, les enseignants des écoles affiliées à l'Unrwa (qui assurent l'éducation des réfugiés dans les camps palestiniens) ont observé lundi un sit-in pour protester contre la progression du virus dans les camps, rapporte notre correspondant à Saïda, Mountasser Abdallah.


La pandémie de Covid-19 continue de gagner du terrain au Liban après les fêtes de fin d'année, le taux de positivité par rapport au nombre de tests effectués restant "très élevé", selon le président de la commission parlementaire de la Santé, Assem Araji. Au cours des dernières 24 heures, le pays a en effet enregistré 6.109 nouvelles contaminations au coronavirus, dont 162 en...