Rechercher
Rechercher

Dernières Infos - Crise au Liban

Les cultures devraient baisser "d'au moins 70 %" au cours de la prochaine saison


Les cultures devraient baisser

Des agriculteurs dans la vallée de la Békaa au Liban. Photo João SOUSA

Le président du rassemblement d’agriculteurs et de paysans de la Békaa, Ibrahim Tarchichi, a déclaré dimanche dans un communiqué que, face à l'augmentation du coût du carburant et d'autres intrants, les agriculteurs libanais devraient réduire leurs cultures "d'au moins 70 %" au cours de la prochaine saison. Cet avertissement, lancé dans un communiqué transmis par l'Agence nationale d'information (Ani, officielle), est le dernier en date concernant l'état désastreux du secteur agricole du pays en pleine crise. 

Dans le texte, M. Tarchichi a souligné que le prix du mazout a été multiplié par cinq depuis l'année dernière, ce qui a entraîné une augmentation du prix des autres intrants. Le prix des semences, des engrais et des traitements pour les cultures a au moins doublé, a-t-il ajouté, tandis qu'en parallèle, la crise monétaire a fortement restreint l'accès des agriculteurs au crédit, les obligeant à payer en avance et en dollars les fournitures nécessaires, ce que beaucoup ne peuvent se permettre.

Le responsable syndical a noté que la crise a été exacerbée par l'interdiction saoudienne des produits libanais, en place depuis avril. L'Arabie a également fermé la route en direction d'autres pays du Golfe, et par divers obstacles à l'expédition vers d'autres pays arabes. Il a exprimé l'espoir d'un retour à des "relations chaleureuses et fraternelles" entre le Liban et l'Arabie saoudite qui pourraient conduire à une levée de ce boycott.

En raison de l'augmentation des coûts pour les agriculteurs et de la diminution de la production, M. Tarchichi a conclu que les consommateurs devraient s'attendre à une augmentation des prix des produits de l'agriculture locale.

Ibrahim Tarchichi n'est pas le premier à tirer la sonnette d'alarme sur la situation désastreuse de l'agriculture libanaise. Un récent rapport du Centre libanais de recherche et d'études agricoles (CREAL) a noté un "déclin brutal et dangereux" de la production agricole de 2019 à 2020. Le centre a constaté que la valeur de la production agricole pour les cultures de fruits et légumes était de 736,9 millions de dollars en 2020, contre 1,1 milliard de dollars en 2019, soit une baisse de 33 %.

Cette information est une version traduite d'un article publié initialement par L'Orient Today.


Le président du rassemblement d’agriculteurs et de paysans de la Békaa, Ibrahim Tarchichi, a déclaré dimanche dans un communiqué que, face à l'augmentation du coût du carburant et d'autres intrants, les agriculteurs libanais devraient réduire leurs cultures "d'au moins 70 %" au cours de la prochaine saison. Cet avertissement, lancé dans un communiqué transmis par l'Agence nationale...