Rechercher
Rechercher

Politique - Crise gouvernementale

Il faut commencer par respecter la Constitution, lance le Hezbollah

Le groupe parlementaire du Hezbollah a estimé hier que la crise gouvernementale actuelle ne pourrait être résolue sans un « respect des normes de la Constitution », alors que le cabinet de Nagib Mikati est paralysé depuis plus d’un mois par des tensions politiques liées notamment au sort de l’enquête sur la double explosion au port de Beyrouth. Les ministres chiites réclament en effet le dessaisissement du juge Tarek Bitar, en charge de l’instruction sur l’affaire, depuis qu’il a lancé des poursuites contre des responsables politiques et sécuritaires, dont des députés et anciens ministres du mouvement Amal, allié du Hezbollah. Le tandem chiite demande que, conformément à la Constitution, les ministres et anciens ministres soient jugés par la Haute Cour de justice pour les ministres et présidents, tandis que pour certains analystes et d’autres formations politiques, porter l’affaire devant cette instance, qui n’a jamais été convoquée, reviendrait à la noyer. À l’issue de leur réunion hebdomadaire, les députés du Hezbollah ont appelé hier à « déployer tous les efforts possibles pour écarter les entraves à la reprise des réunions du cabinet ». Selon eux, « pour sortir de la crise gouvernementale, il faut commencer par revenir à la Constitution et la respecter ». Revenant à la charge contre le juge Bitar, qu’il accuse d’être « partial » et de « politiser » l’enquête, le groupe a insisté que « le juge n’a aucune prérogative pour juger les ministres et Premiers ministres ».


Le groupe parlementaire du Hezbollah a estimé hier que la crise gouvernementale actuelle ne pourrait être résolue sans un « respect des normes de la Constitution », alors que le cabinet de Nagib Mikati est paralysé depuis plus d’un mois par des tensions politiques liées notamment au sort de l’enquête sur la double explosion au port de Beyrouth. Les ministres chiites...

commentaires (5)

Le parti pro iranien est tellement agressif quant au déroulement de l'enquête, qu'il se pose objectivement en coupable à une certaine partie ou quelque part.

Esber

23 h 09, le 03 décembre 2021

Tous les commentaires

Commentaires (5)

  • Le parti pro iranien est tellement agressif quant au déroulement de l'enquête, qu'il se pose objectivement en coupable à une certaine partie ou quelque part.

    Esber

    23 h 09, le 03 décembre 2021

  • La constitution stipule qu’aucune milice ne doit détenir des armes et surtout pas par une qui les tiennent dans le seul but d’anéantir son propre pays pour la gloire d’un autre. Commençons par le commencement et condamnons cette milice pour haute trahison ensuite on avisera. Quand à juger les criminels par leurs partenaires et complices de crimes, ce serait applicable dans un pays où les mafias trônent sous forme de dictature, or dans notre pays on y est pas encore et nous ferons en sorte que ça n’arrivera jamais que ça plaise aux traitres ou non, ils seront déboulonnés et jugés quelqu’en soit le prix. Alors Hassouna n’a qu’à bien se tenir le peuple est en salle de réveil.

    Sissi zayyat

    10 h 16, le 03 décembre 2021

  • mais oui bien sur mr. nasroullah ! bien trouve ! merci de nous le rappeler ! ah qu'aurait fait la nation sans ta sagesse .

    Gaby SIOUFI

    09 h 33, le 03 décembre 2021

  • ‘Il faut commencer a se respecter la constitution ‘….. “ il faut remettre vos armes et rentrer dans les rangs” !!

    LeRougeEtLeNoir

    08 h 27, le 03 décembre 2021

  • Ha ha ha Nasrallah a parlé de respecter la constitution, c’ est une blague de la part de Hassouna?

    Eleni Caridopoulou

    00 h 31, le 03 décembre 2021

Retour en haut