Rechercher
Rechercher

Culture - Récompense

L’Omanaise Jokha Alharthi, Prix de la littérature arabe

L’Omanaise Jokha Alharthi, Prix de la littérature arabe

L’auteure omanaise Jokha Alharthi, lauréate du Prix de la littérature arabe. Photo DR

Le Prix de la littérature arabe 2021, créé par l’Institut du monde arabe et la Fondation Jean-Luc Lagardère, est décerné à l’auteure omanaise Jokha Alharthi pour son roman Les corps célestes (éditions Stéphane Marsan) traduit de l’arabe (Oman) par Khaled Osman. Le jury, présidé par Pierre Leroy et composé de personnalités du monde des arts et de la culture ainsi que de spécialistes du monde arabe, a salué « un roman captivant et poétique qui permet de découvrir une société omanaise en pleine mutation, ainsi que les conditions de vie et les aspirations de sa population. Bien qu’il soit ancré dans la réalité omanaise, ce livre parle pour toute l’humanité et s’adresse à l’universel ».

Les corps célestes, roman en spirale, à la construction sophistiquée, raconte l’émancipation d’un pays à travers les amours et les deuils d’une famille. Trois femmes, leurs ancêtres et leurs descendants sont les témoins des mutations qui transforment en profondeur la société omanaise.

L’opus de Jokha Alharthi est par ailleurs le premier roman de langue arabe récompensé par l’International Booker Prize (en 2019) et le premier roman d’une auteure omanaise traduit en langue anglaise. « Je suis heureuse de savoir que mon roman contribuera à faire connaître la littérature arabe et plus particulièrement la littérature omanaise (qui n’est elle-même pas toujours mise en avant au sein de la littérature arabe), en langue française, a réagi l’auteure. J’espère que cela pourra encourager les lecteurs, qu’ils soient familiers ou non avec les écrivains omanais et arabes, à se plonger dans le monde fascinant de la littérature arabe. »

Le jury a également souligné « la qualité littéraire remarquable de la traduction de Khaled Osman qui réussit magistralement à transmettre l’esprit de l’œuvre ».

Jokha Alharthi succède à l’écrivain soudanais Abdelaziz Baraka Sakin qui avait reçu le Prix de la littérature arabe en 2020 pour son roman Les Jango (Zulma) traduit de l’arabe par Xavier Luffin.


Le Prix de la littérature arabe 2021, créé par l’Institut du monde arabe et la Fondation Jean-Luc Lagardère, est décerné à l’auteure omanaise Jokha Alharthi pour son roman Les corps célestes (éditions Stéphane Marsan) traduit de l’arabe (Oman) par Khaled Osman. Le jury, présidé par Pierre Leroy et composé de personnalités du monde des arts et de la culture ainsi que de...

commentaires (1)

Mignonne en plus!!!

Robert Moumdjian

09 h 11, le 27 novembre 2021

Tous les commentaires

Commentaires (1)

  • Mignonne en plus!!!

    Robert Moumdjian

    09 h 11, le 27 novembre 2021

Retour en haut