Rechercher
Rechercher

Dernières Infos - Crise au Liban

Raad accuse le juge Bitar de partialité et tient Geagea pour responsable des combats de Tayouné

Raad accuse le juge Bitar de partialité et tient Geagea pour responsable des combats de Tayouné

Le chef du groupe parlementaire du Hezbollah, le député Mohammad Raad. Photo ANI

Le chef du groupe parlementaire du Hezbollah, Mohammad Raad, a accusé dimanche le leader des Forces libanaises (FL), Samir Geagea, sans le nommer, d'être responsable des affrontements miliciens meurtriers qui ont opposé des partisans du Hezbollah et d'Amal à d'autres postés dans des quartiers chrétiens de Beyrouth où les FL ont une forte présence.

M. Raad a dénoncé, en outre, le fait que M. Geagea se soit opposé à la volonté du Hezbollah de dessaisir le juge Tarek Bitar, en charge de l'instruction sur les explosions meurtrières au port de Beyrouth, accusé par le parti chiite de "partialité".

Les incidents de Tayouné se sont produits le 14 octobre lorsqu'une manifestation du Hezbollah et d'Amal devant le palais de Justice contre M. Bitar a dégénéré en accrochages armés faisant sept morts et 32 blessés. Le chef du Hezbollah, Hassan Nasrallah, a accusé le leader des FL d'avoir provoqué ces combats et de vouloir "lancer une guerre civile". M. Geagea, qui a été convoqué par le tribunal militaire pour livrer son témoignage, a démenti son implication, affirmant qu'il acceptait de comparaître devant le juge si Nasrallah le faisait en premier.

"Celui qui a de l'honneur doit s'excuser s'il commet une erreur", a estimé M. Raad, en faisant allusion à M. Geagea, dans un discours prononcé lors d'un événement social au Liban-Sud. "La personne qui a commis une erreur le sait parce qu'elle s'est opposée à un processus visant à remplacer un juge qui n'a pas respecté la transparence dans l'enquête", a-t-il poursuivi. Le député chiite a ainsi dénoncé le fait que Samir Geagea "se soit opposé à ceux qui ont protesté contre la partialité du juge, les accusant de porter atteinte au pouvoir judiciaire". 

Commentant la convocation du chef des FL par le tribunal militaire, le député chiite a noté que celui-ci "a le droit de refuser de comparaitre", se demandant avec ironie s'il était vraiment honnête. M. Raad a précisé que les propos de M. Geagea n'ont pas de sens et portent atteinte non seulement au chef du Hezbollah, Hassan Nasrallah, mais aussi au pays". Il a enfin soutenu que les FL sont la cause de cette crise et incitent les ennemis du Hezbollah".

M. Geagea a démenti avec virulence, jeudi dernier, des accusations lancées lundi par Nasrallah, selon lesquelles les FL et leur chef veulent "lancer une guerre civile" et constituent "la plus grande menace pour l'existence des chrétiens au Liban". Rejetant ces accusations, M. Geagea a démenti son implication et indiqué que "le Hezbollah constitue la plus grande menace pour les Libanais depuis 2005".


Le chef du groupe parlementaire du Hezbollah, Mohammad Raad, a accusé dimanche le leader des Forces libanaises (FL), Samir Geagea, sans le nommer, d'être responsable des affrontements miliciens meurtriers qui ont opposé des partisans du Hezbollah et d'Amal à d'autres postés dans des quartiers chrétiens de Beyrouth où les FL ont une forte présence. M. Raad a dénoncé, en outre, le fait...