Rechercher
Rechercher

Sport - Basket-ball / NBA

La chasse aux Bucks est lancée, les Nets et les Lakers à leurs trousses

La chasse aux Bucks est lancée, les Nets et les Lakers à leurs trousses

L’ouverture de la saison régulière en NBA, cette nuit, aura un parfum de play-offs avec un remake de l’épique dernière finale de conférence Est entre Milwaukee et Brooklyn, et un duel entre les Lakers et les Warriors à l’Ouest. Harry How/Getty Images North America/AFP

Comme les diamants, les champions sont éternels en NBA où, pour dignement célébrer son 75e anniversaire, une alléchante course à trois va s’engager entre les Bucks tenants du titre de Giannis Antetokounmpo, les Nets de Kevin Durant et les Lakers de LeBron James. L’ouverture de la saison régulière aura un parfum de play-offs cette nuit, avec d’abord un remake de l’épique dernière finale de conférence Est entre Milwaukee et Brooklyn, puis un duel entre les Lakers, en quête d’un 18e sacre record, et les Warriors du magicien Stephen Curry.

Vendre du rêve, la NBA sait faire depuis longtemps. Ce qui ne l’empêche pas de devoir, comme tout le monde, gérer des situations compliquées, telles celles résultant du Covid-19. L’apparition du vaccin permet un retour à la normale, dans des salles pleines, mais à l’image de la société – à peine plus de la moitié de la population des États-Unis est immunisée –, le microcosme de la NBA compte ses réfractaires au vaccin parmi les joueurs, certes très minoritaires (4 %), mais qui font valoir leur liberté de faire ce que bon leur semble pour leur santé. Le plus célèbre de ces non-vaccinés est Kyrie Irving. Empêché de jouer les matches à domicile des Nets à Brooklyn en vertu d’un décret de la ville de New York, il a été mis à l’écart par ses dirigeants qui n’acceptent pas qu’il ne soit « disponible que partiellement ». Une vingtaine d’autres, comme Bradley Beal (Wizards), devront, eux, se soumettre à un protocole sanitaire contraignant.

En attendant, ce n’est pas avec leur « Big 3 » au complet que les Nets vont débuter leur campagne. Laquelle doit les mener sur le trône, selon de nombreux observateurs. Même sans Irving (26,9 points de moyenne en 2020-2021) si ce dernier ne joue pas de la saison ? Oui, car Kevin Durant est redevenu le meilleur joueur du monde, deux ans après sa rupture du tendon d’Achille droit. « KD », en quête d’une troisième bague de champion après celles glanées en 2017 et 2018 avec les Warriors, aura à ses côtés James Harden, qui, lui, veut enfin goûter à un premier titre. Scoreur dans l’âme, « The Beard » (la « Barbe ») a pour cela opéré une mue en passeur et défenseur. Ils seront renforcés par Patty Mills, médaillé de bronze aux JO de Tokyo avec l’Australie et arrivé de San Antonio où il avait été champion en 2014. Autres recrues, Paul Millsap (ex-Denver) et LaMarcus Aldridge, autorisé à sortir de sa retraite par les médecins malgré des problèmes cardiaques. « Quand vous perdez un joueur aussi talentueux que Kyrie, il faut être plus soudés, plus connectés, faire en sorte que les gars prennent plus d’importance et soient plus responsables. Il faudra faire un gros travail collectif pour construire une véritable équipe », a résumé l’entraîneur Steve Nash.

Studieux Giannis

Une même priorité anime les Lakers qui ont fait le choix de quasiment tout changer autour du duo LeBron James/Anthony Davis, après l’échec subi face à Phoenix, au 1er tour des derniers play-offs, en faisant appel à des vétérans talentueux, Russell Westbrook, Carmelo Anthony et Rajon Rondo, et guerriers, Trevor Ariza et Dwight Howard. L’effectif le plus âgé de la Ligue (30,7 ans de moyenne) va devoir rester en bonne santé et vite trouver des automatismes. « Il faudra du temps pour devenir l’équipe que nous pouvons être. Il y aura des moments où nous ne serons pas tout à fait au point, où nous ferons des pas en arrière. Cela fait partie du processus », a néanmoins prévenu LeBron James qui rêve d’une 5e bague à bientôt 37 ans.

Les Bucks, eux, peuvent se prévaloir de miser sur la continuité, après leur sacre aux dépens des Suns (4-2) qui a dû énormément à Antetokounmpo (35,2 points, 13,2 rebonds, 5 passes de moyenne en finale), bien aidé par Khris Middleton et Jrue Holiday. L’appétit venant en mangeant, le « Greek Freak » a énormément travaillé son tir cet été pour être encore plus redoutable offensivement.

Parmi les outsiders, Phoenix, où Chris Paul est resté, ne sera plus à mésestimer, Utah s’est renforcé avec Rudy Gay et Hassan Whiteside pour aider Donovan Mitchell et Rudy Gobert. Les Clippers devront, eux, composer longtemps sans Kawhi Leonard (blessé au genou), tandis que Golden State attend de récupérer enfin Klay Thompson, après plus de deux ans sans jouer, pour exister à nouveau. Et à l’Est, Atlanta et Trae Young, finalistes de la conférence, devront confirmer ce nouveau statut, Philadelphie et Joël Embiid tenteront de se remettre du psychodrame Ben Simmons, réintégré après avoir tout fait pour partir, et New York essaiera de prolonger sa renaissance inespérée.

Source : AFP


Comme les diamants, les champions sont éternels en NBA où, pour dignement célébrer son 75e anniversaire, une alléchante course à trois va s’engager entre les Bucks tenants du titre de Giannis Antetokounmpo, les Nets de Kevin Durant et les Lakers de LeBron James. L’ouverture de la saison régulière aura un parfum de play-offs cette nuit, avec d’abord un remake de l’épique...

commentaires (0)

Commentaires (0)

Retour en haut