Rechercher
Rechercher

Dernières Infos - Liban

Rassemblement de militants aounistes à Nahr el-Mott pour commémorer le 13 Octobre

Rassemblement de militants aounistes à Nahr el-Mott pour commémorer le 13 Octobre

Le député de Jbeil et cadre du Courant patriotique libre, Simon Abiramia, à bord d'un véhicule dans un convoi se rendant à Nahr el-Mott, le 16 octobre 2021. Photo Twitter/@SimonAbiramia

Des militants du Courant patriotique libre, fondé par le chef de l’État Michel Aoun et dirigé par le député Gebran Bassil, se sont rassemblés samedi en fin d'après-midi au niveau de Nahr el-Mott, à l'entrée-nord de Beyrouth, pour commémorer le 31e anniversaire de la bataille du 13 octobre 1990, date de l'assaut des troupes syriennes contre le palais présidentiel de Baabda où se trouvait à l'époque le général Aoun, qui était chef de l'armée et Premier ministre d'un gouvernement militaire de transition.

Le 13 octobre 1990, près d'un an après la signature de l'accord de Taëf qui devait mettre fin à la guerre mais qui avait consacré l'emprise de la Syrie sur le Liban, les troupes de Damas avaient pris d’assaut, avec le blanc-seing de la communauté internationale, les régions tenues par l’armée libanaise sous le commandement du général Michel Aoun, opposé à la pax syriana et retranché au palais de Baabda. Au terme de cette journée sanglante, l'homme qui avait lancé la "guerre de libération" contre la Syrie, 19 mois plus tôt, annonçait sa reddition puis se réfugiait à l'ambassade de France à Beyrouth avant de quitter le Liban dix mois plus tard.

Selon le site d'information tayyar.org, affilié au CPL, une foule nombreuse était présente sur les lieux, ainsi que plusieurs cadres de la formation aouniste, notamment le député de Jbeil Simon Abiramia.

"Notre destin est de faire face, tous les 13 octobre, à chaque fois de manière différente. Une fois avec les canons, une fois par la politique, et l'autre par l'économie et les finances", avait écrit M. Bassil sur son compte Twitter mercredi dernier. "A chaque fois ils se coalisent contre nous afin de nous éliminer et croient s'être débarrassés de nous. Mais nous nous en sortons toujours plus forts et plus robustes", avait-t-il dit, mais sans nommer ceux qu'il désigne par ses accusations. 

Gebran Bassil est accusé par une large frange de la population, ainsi que par ses adversaires politiques, de corruption et d'opportunisme. Le gendre du chef de l’État était ainsi l'une des figures politiques les plus honnies par la contestation populaire qui avait éclaté le 17 octobre 2019.


Des militants du Courant patriotique libre, fondé par le chef de l’État Michel Aoun et dirigé par le député Gebran Bassil, se sont rassemblés samedi en fin d'après-midi au niveau de Nahr el-Mott, à l'entrée-nord de Beyrouth, pour commémorer le 31e anniversaire de la bataille du 13 octobre 1990, date de l'assaut des troupes syriennes contre le palais présidentiel de Baabda où se...