Rechercher
Rechercher

Dernières Infos - Affrontements de Tayyouné

Le CPL stigmatise le comportement du Hezbollah et des FL

Le CPL stigmatise le comportement du Hezbollah et des FL

Un combattant du mouvement Amal lors des affrontements à Tayyouné, dans le sud de Beyrouth, le 14 octobre 2021. ANWAR AMRO / AFP

Dans un communiqué publié en soirée, le Courant patriotique libre (CPL) de Gebran Bassil a dénoncé les événements sanglants de la journée à Tayyouné, dans le sud de Beyrouth, en stigmatisant tout autant le comportement du Hezbollah que celui des Forces libanaises, mais sans les nommer.

Au moins six personnes ont été tuées et une trentaine blessées par balles jeudi lors d'affrontements au cœur de Beyrouth, en marge d'un rassemblement de centaines de partisans du Hezbollah et du mouvement Amal du président du Parlement Nabih Berry devant le palais de Justice de la capitale pour protester contre le juge Tarek Bitar, en charge de l'enquête sur l'explosion du port, le 4 août 2020. Le tandem Hezbollah-Amal a mis en cause les Forces libanaises, le parti chrétien de Samir Geagea qui avait appelé mercredi les Libanais à ne pas céder aux « intimidations ». Dans un communiqué, le Hezbollah et Amal ont affirmé que les FL avaient placé des tireurs sur les toits de plusieurs immeubles d'où ils ont tiré sur le cortège qui passait en contrebas pour se rendre devant le palais de Justice.  Les FL ont rejeté ces accusations, condamné les violences et ont fait porter, dans un communiqué, au Hezbollah l'entière responsabilité en raison de ses  « incitations » contre le juge Tarek Bitar.

Le CPL a notamment reproché au parti de Hassan Nasrallah de manifester « dans la rue et par le biais d’intimidation médiatique » son opposition à la procédure engagée par le juge d’instruction Tarek Bitar. « Personne ne peut s’arroger le droit d’interdire par n’importe quel moyen la liberté d’expression, notamment par la violence ou encore d’imposer par la force son opinion aux autres », a dit le CPL qui visait ainsi les deux partis. « Ce qui s’est passé aujourd’hui est une agression armée contre des gens qui voulaient exprimer leur point de vue, même si nous ne sommes pas d’accord avec celui-ci », a poursuivi le CPL qui a appelé les autorités compétentes à identifier les coupables et à les déférer sans tarder devant la justice. « Ces gens préparaient une discorde qui a été étouffée dans l’œuf grâce à ceux qui ont fait preuve de retenue et ceux qui se sont empressés de trouver des règlements politiques et sécuritaires » aux incidents de la journée.

Le CPL a réaffirmé son soutien à l’enquête menée au sujet de la double explosion au port de Beyrouth, soulignant la nécessité qu’elle se poursuive jusqu’au bout et qu’elle ne se limite pas aux responsabilités politiques et administratives. Il a jugé tout aussi indispensable dans ce contexte de « tout faire, y compris la levée des immunités, pour la faciliter ». Le parti fondé par le président Michel Aoun a mis en garde aussi contre une atteinte au principe de la séparation des pouvoirs, en faisant remarquer que c’est « à travers les seuls canaux judiciaires qu’une suspicion formulée à l’encontre du juge d’instruction devrait se manifester et non par l’intimidation médiatique ou le recours dans la rue ».



Dans un communiqué publié en soirée, le Courant patriotique libre (CPL) de Gebran Bassil a dénoncé les événements sanglants de la journée à Tayyouné, dans le sud de Beyrouth, en stigmatisant tout autant le comportement du Hezbollah que celui des Forces libanaises, mais sans les nommer.Au moins six personnes ont été tuées et une trentaine blessées par balles jeudi lors...