Rechercher
Rechercher

Auto - Salon IAA de Munich

Politique et climat volent la vedette aux voitures

La grand-messe allemande de l’automobile s’ouvre demain et veut redorer son image concernant l’environnement.

Politique et climat volent la vedette aux voitures

Le Salon de l’automobile allemand (IAA) s’ouvre demain à Munich. Cet événement bisannuel, l’un des principaux rendez-vous internationaux de la filière, tente de renaître après une décevante édition 2019 à Francfort (photos ci-dessus), qui avait remis en question son existence même. Et fini le tout automobile : l’IAA se décrit désormais en « Salon de la mobilité » et met en avant les efforts de protection du climat. Daniel Roland/AFP

La grand-messe allemande de l’automobile, le Salon IAA qui s’ouvre demain mardi à Munich, veut redorer son image face aux revendications écologistes en pleine campagne électorale, relayant au second plan les nouveautés d’une branche secouée par la pandémie de Covid-19 et en pleine reconversion électrique.

Cet événement bisannuel, l’un des principaux rendez-vous internationaux de la filière, tente de renaître après une décevante édition 2019 à Francfort, ville hôte historique, qui avait remis en question son existence même. Il avait été boudé par de nombreux constructeurs, perturbé par des défenseurs de l’environnement et n’avait attiré qu’environ 560 000 visiteurs, 30 % de moins que l’édition précédente. Le public sera-t-il au rendez-vous en 2021 ? « Un nombre à six chiffres » de tickets a été vendu, indiquait récemment Hildegard Müller, présidente de la puissante fédération automobile allemande VDA, précisant que « le nombre de billets vendus n’est pas, pour nous, la jauge du succès ». Par ailleurs, « la plupart des entrées sont prises le jour même de la visite », a-t-elle suggéré.

Mais le défi est de taille : en pleine crise sanitaire, de nombreux constructeurs ont de nouveau fait l’impasse cette année, à l’image des groupes japonais ou du géant Stellantis (Peugeot-Fiat-Chrysler). Le leader de la voiture électrique Tesla manquera également à l’appel. L’IAA compte donc aussi sur les plus de 70 marques de vélos conviées pour élargir le spectre et attirer de nouveaux publics.

« Mobilité » et véhicules

Fini, donc, le tout automobile : l’IAA se décrit désormais en « Salon de la mobilité » et met en avant les efforts de protection du climat. En plus de l’exposition habituelle des dernières nouveautés à quatre roues, des conférences et essais de véhicules en tout genre, de la trottinette à la limousine (électriques), seront proposés. En raison des restrictions sanitaires, la jauge maximale est de 50 000 personnes au parc des expositions et de 30 000 personnes pour les événements en ville.

Le nouveau concept n’a toutefois pas calmé les revendications. Le groupe d’activistes qui avait réussi à bloquer temporairement l’entrée principale du Salon, il y a deux ans, a annoncé une nouvelle vague de « désobéissance civile » pour vendredi prochain. Le lendemain, samedi, une manifestation à l’appel de plusieurs ONG écologistes devrait rassembler des milliers de personnes à Munich. Les défenseurs allemands du climat ont donné le ton dès la semaine dernière en annonçant une offensive judiciaire contre Volkswagen, Daimler et BMW. Forts d’une décision, au printemps, de la Cour constitutionnelle qui a fait de la protection du climat un droit fondamental, ils veulent faire condamner les constructeurs et les forcer à accélérer la sortie de l’essence et du diesel.

La contestation écologiste ne sera pas la seule facette politique : la chancelière Angela Merkel prononcera demain mardi un de ses derniers discours avant les législatives du 26 septembre, à l’issue desquelles elle compte se retirer de la vie politique. Plusieurs candidats à sa succession sont attendus sur les stands, à commencer par Armin Laschet, du camp conservateur CDU/CSU de Mme Merkel, en difficulté dans les sondages.

Puces et révolution électrique

Côté voitures, le Salon IAA sera plus électrique que jamais, alors que la Commission européenne pousse à la fin des moteurs thermiques pour 2035. Quelques nouveautés devraient pointer leur nez, même si les marques ont multiplié les événements en ligne pendant la pandémie de Covid-19, détaillant l’électrification express de leurs gammes.

Volkswagen pourrait présenter une petite voiture électrique et un concept d’utilitaire. Renault prévoit d’amener ses nouvelles Mégane et R5 électriques, ainsi qu’une berline conçue pour les VTC sous sa marque Mobilize. Audi devrait venir avec un concept de berline électrique et semi-autonome, Mercedes dévoilera une luxueuse Maybach à batteries et exposera son navire amiral (électrique) EQS, Smart montrera son premier SUV (électrique). Outre un SUV à hydrogène, le groupe BMW, basé à Munich et plus grand exposant du Salon, détaillera sa vision futuriste d’une voiture électrique 100 % recyclable et faite entièrement de matériaux réutilisés ou de ressources renouvelables.

Le secteur est par ailleurs marqué depuis près d’une année par la pénurie de semi-conducteurs. La rareté de ces puces électroniques, qui a provoqué la fermeture estivale de nombreuses usines à travers le monde et freiné la reprise des ventes, sera un autre sujet incontournable du Salon munichois.

Yann SCHREIBER et Taimaz SZIRNIKS/AFP


La grand-messe allemande de l’automobile, le Salon IAA qui s’ouvre demain mardi à Munich, veut redorer son image face aux revendications écologistes en pleine campagne électorale, relayant au second plan les nouveautés d’une branche secouée par la pandémie de Covid-19 et en pleine reconversion électrique. Cet événement bisannuel, l’un des principaux rendez-vous internationaux de...

commentaires (0)

Commentaires (0)

Retour en haut