Rechercher
Rechercher

Lifestyle - La Mode

Dolce & Gabbana déploient leurs sortilèges dans la Cité des Doges

Dolce & Gabbana déploient leurs sortilèges dans la Cité des Doges

Vues du défilé Dolce & Gabbana à Venise. Photos Dolce & Gabbana

Le duo de créateurs le plus exubérant de la planète mode n’est décidément pas fait pour le confinement. Voilà quelques années que Domenico Dolce, le Sicilien, n’a eu de cesse de célébrer l’opulence de l’héritage médiéval et multiculturel de sa ville natale. La marque qu’il a fondée avec le Milanais Stefano Gabbana s’est toujours distinguée par une richesse inouïe de motifs, de couleurs et de broderies décidément pas faite pour les minimalistes et les frileux des yeux. Et à ces trésors, il faut un écrin. Il faut surtout le regard ébahi de l’univers.

Lire aussi

Giorgio Armani, entre retour aux sources et légèreté

Depuis 2012, année du lancement de la ligne Alta Moda, suivie en 2014 de la ligne masculine Alta Sartoria et de la haute joaillerie, la maison Dolce & Gabbana crée des événement exceptionnels pour lancer ses collections. Avant la pandémie, celles-ci ont été accueillies tour à tour par le Metropolitan Opera de New York, les jardins de la villa Carlotta sur le lac de Côme, la Scala de Milan et la vallée des temples de Sicile. Du 28 au 30 août, c’est la place Saint-Marc tout entière qui vibrait au rythme des défilés chatoyants de Dolce & Gabbana, les lignes Alta Moda et Alta Sartoria célébrant elles-mêmes le patrimoine vénitien, tandis que la haute joaillerie était exposée au palais des Doges. Grandiose, cet événement devait aussi lancer la ligne Casa de la marque, un florilège d’articles dédiés à la décoration intérieure, comme une leçon du confinement qui impose que l’on puisse voyager autour de son propre chez-soi.

Des robes sous forme d’actifs numériques

Ère digitale oblige, Dolce & Gabbana a par ailleurs lancé une collection couture virtuelle inspirée du patrimoine vénitien. Cette capsule de robes de rêve, baptisée Collezione Genesi, sera vendue aux enchères. Ce procédé de marketing insolite s’explique par le fait que ces créations uniques sont présentées sous forme de NFT, (il faudra s’habituer à cet acronyme qui signifie Non Fongible Tokens, soit « jetons non échangeables », et confère une matérialité virtuelle à des objets tout aussi virtuels). On achète ainsi la robe sous forme d’un actif numérique, en attendant de la faire réaliser quand on le souhaite. À travers cette initiative, Dolce & Gabbana prend la tête du marché digital de la mode.

Vues du défilé Dolce & Gabbana à Venise. Photo Dolce & Gabbana

« Tel un soupir retenu trop longtemps »

« Tout le monde rêve de Venise et des incroyables trésors que cache la ville. Venise représente l’harmonie parfaite des opposés qui s’attirent : elle est romantique et sensuelle, mélancolique et joyeuse, rationnelle et visionnaire, lumineuse et nocturne, sacrée et profane, sombre et dorée. À chaque fois que nous retournons à Venise, nous ressentons des émotions uniques que nous gardons précieusement dans nos cœurs. Tel un soupir retenu trop longtemps qu’il faut laisser s’échapper, Venise est notre rêve », affirmaient les deux créateurs dans un manifeste illustrant cette nouvelle collection. « La collection Dolce & Gabbana Alta Sartoria suscite des émotions uniques alors que les soies exquises, les brocarts, les velours, le verre et les cristaux, les broderies et les tissus précieux s’unissent dans une parfaite mélodie de beauté et d’artisanat italien », ajoutent-ils. Les images qui nous viennent de cet événement coupent le souffle.


Le duo de créateurs le plus exubérant de la planète mode n’est décidément pas fait pour le confinement. Voilà quelques années que Domenico Dolce, le Sicilien, n’a eu de cesse de célébrer l’opulence de l’héritage médiéval et multiculturel de sa ville natale. La marque qu’il a fondée avec le Milanais Stefano Gabbana s’est toujours distinguée par une richesse inouïe de...

commentaires (0)

Commentaires (0)

Retour en haut