Rechercher
Rechercher

Dernières Infos - Syrie

Vingt-trois morts dans de violents combats à Deraa, selon une ONG



Des soldats syriens à Alep, en Syrie. Photo d'archives George Ourfalian / AFP

Vingt-trois personnes, dont huit civils, ont été tuées jeudi à Deraa dans les combats "les plus violents" ayant secoué cette province du sud de la Syrie depuis sa reconquête par le régime il y a trois ans, selon l'Observatoire syrien des droits de l'Homme.

Berceau du soulèvement contre le régime de Bachar el-Assad en 2011, Deraa a été reprise à l'été 2018 par les forces gouvernementales. Mais en vertu d'un accord inédit, les rebelles qui y étaient ont été autorisés à rester, certains rejoignant l'armée ou gardant le contrôle de certaines parties de la province. Depuis, le secteur est régulièrement secoué par des attentats et des attaques contre les forces du régime.

Les tensions ont atteint un nouveau pic jeudi, et la région a connu les "affrontements les plus violents depuis qu'elle est sous le contrôle du régime", souligne l'OSDH, selon qui cinq enfants figurent parmi les personnes tuées. Une femme, son enfant et trois autres jeunes ont été tués par des obus du régime dans le village d'al-Yadudah, au nord-ouest de la ville de Deraa, a-t-il indiqué. Un autre enfant et deux hommes ont été tués dans d'autres secteurs de Deraa, selon l'Observatoire. Les combats ont été déclenchés par des tirs d'obus par les forces du régime qui tentaient de progresser au sol pour donner l'assaut contre Deraa al-Balad, un grand quartier du chef-lieu tenu par d'anciens rebelles. En représailles, le camp adverse a lancé une contre-attaque et conquis plusieurs positions du régime dans la province, capturant une quarantaine de combattants du régime, selon l'OSDH.

"Opération militaire" 
Au total, 23 personnes été tuées jeudi dans la province, située à la frontière avec la Jordanie et Israël et dont des pans entiers continuent de jouir d'une relative autonomie. Ce bilan inclut au moins huit soldats syriens et sept combattants du camp rebelle, selon l'OSDH.

Citant un responsable médical d'un secteur de la ville de Deraa tenu par le régime, l'agence de presse officielle Sana a de son côté indiqué que des attaques au mortier menées par des groupes armés avaient tué deux civils, dont un enfant. Et selon l'agence, "l'armée syrienne s'est déployée dans plusieurs zones voisines de Deraa al-Balad pour renforcer la sécurité", accusant les combattants locaux de mener des attaques contre des soldats et des civils.

En mars, des hommes armés à Deraa ont tué 21 soldats syriens dans une embuscade. Le quotidien pro-régime Al-Watan a rapporté jeudi "le début d'une opération militaire contre des terroristes" qui ont "saboté l'accord de réconciliation", en référence à ces initiatives négociées par le régime avec les rebelles au moment de sa reconquête.

Depuis 2011, la guerre en Syrie a fait près de 500.000 morts et poussé à la fuite des millions de personnes.


Vingt-trois personnes, dont huit civils, ont été tuées jeudi à Deraa dans les combats "les plus violents" ayant secoué cette province du sud de la Syrie depuis sa reconquête par le régime il y a trois ans, selon l'Observatoire syrien des droits de l'Homme.Berceau du soulèvement contre le régime de Bachar el-Assad en 2011, Deraa a été reprise à l'été 2018 par les forces...