Rechercher
Rechercher

Sport - Escrime / Fleuret

Après le titre de Cheung Ka Long, Hong Kong exulte

Après le titre de Cheung Ka Long, Hong Kong exulte

Le Hongkongais Cheung Ka Long (à gauche), qui n’avait terminé qu’à la 14e place lors des précédents Jeux, a créé la surprise en battant en finale du tournoi de fleuret messieurs le champion olympique 2016, l’Italien Daniele Garozzo (à droite). Mohd Rasfan/AFP

En devenant champion olympique de fleuret à Tokyo, le Hongkongais Cheung Ka Long a rendu le sourire à ses compatriotes avec ce premier sacre olympique depuis 25 ans pour ce territoire autonome de la Chine, ancienne enclave britannique, en proie à des contestations de rue.

L’escrimeur de 24 ans, qui n’avait terminé qu’à la 14e place lors des précédents Jeux, a créé la surprise en battant en finale du tournoi de fleuret messieurs le champion olympique 2016, l’Italien Daniele Garozzo. L’archipel n’avait jusqu’à présent remporté qu’une seule médaille d’or, quand Lee Lai-Shan s’était adjugé le titre en planche à voile Mistral à Atlanta en 1996. Hong Kong a également remporté l’argent à Athènes 2004 en tennis de table (double messieurs) et le bronze en cyclisme sur piste (Lee Wai Sze en keirin dames) à Londres 2012. « C’est comme un rêve et pour être honnête, j’ai beau sembler calme et posé, je ne le suis pas du tout ! C’est qu’en fait, je ne sais pas comment réagir tellement tout ça me paraît dingue », a expliqué le nouveau champion olympique après sa victoire, au Makuhari Mess Hall de Chiba. « À Hong Kong, les gens sont fous, car c’est la preuve, devant le monde entier, que nous sommes capables » de remporter des titres olympiques, a ajouté le fleurettiste, ajoutant : « Nous ne sommes après tout qu’une ville. »

En 1996, pour la précédente médaille d’or de Hong Kong, elle n’était encore qu’une colonie britannique et c’était le God Save the Queen qui avait retenti à Atlanta. En 1997, l’année de la naissance de Cheung, Hong Kong était rétrocédée à la Chine : c’est donc l’hymne chinois que l’on a entendu à Chiba. Sa victoire a eu un écho incroyable dans son île natale où d’immenses manifestations prodémocratie ont eu lieu en 2019, violemment réprimées par la police locale. Des centaines de personnes se sont ainsi rassemblées dans un centre commercial pour regarder à la télévision la finale olympique du fleuret messieurs, avant d’exploser de joie et, pour certains, de faire sauter des bouchons de champagne.

Au moment de la cérémonie protocolaire de remise des médailles, quand l’hymne chinois a retenti à la télévision, il a été couvert par les chants des spectateurs clamant : « Nous sommes Hong Kong. » Du côté des dirigeants prochinois, la victoire de Cheung a été l’occasion de publier plusieurs communiqués le félicitant, le chef de l’exécutif hongkongais, Carrie Lam, se fendant d’un appel vidéo pour le lui dire en personne. « Nous sommes ravis qu’avec ses compétences exceptionnelles et son calme, ainsi que sa persévérance dans l’adversité pendant la compétition, il ait réussi à entrer dans l’histoire de Hong Kong », a-t-elle ensuite déclaré.

Les leaders prodémocratie, dont plusieurs ont émigré depuis le mouvement de 2019, ont également réagi à la médaille d’or de l’escrimeur. L’activiste Frances Hui a ainsi posté une vidéo de la cérémonie de remise des médailles, durant laquelle on entend l’hymne national chinois remplacé par une chanson populaire au sein du mouvement prodémocratie. Nathan Law, un autre leader prodémocratie, qui s’est réfugié en Grande-Bretagne l’an dernier, a pour sa part écrit : « Merci à Ka Long de dire aux Hongkongais qui sont dans une mauvaise passe que l’effort et la persévérance payent. »

Source : AFP


En devenant champion olympique de fleuret à Tokyo, le Hongkongais Cheung Ka Long a rendu le sourire à ses compatriotes avec ce premier sacre olympique depuis 25 ans pour ce territoire autonome de la Chine, ancienne enclave britannique, en proie à des contestations de rue.L’escrimeur de 24 ans, qui n’avait terminé qu’à la 14e place lors des précédents Jeux, a créé la surprise en...

commentaires (0)

Commentaires (0)

Retour en haut