Rechercher
Rechercher

Sport - Cyclisme / Contre-la-montre

Ganna favori, mais il faudra savoir grimper

Ganna favori, mais il faudra savoir grimper

Filippo Ganna est le maître actuel du contre-la-montre (sur piste et sur route). Il est le champion du monde en titre, mais sa suprématie pourrait bien être remise en cause par de jeunes loups aux JO. Photo DR

Filippo Ganna, le maître actuel du contre-la-montre, n’aura pas forcément la partie facile aujourd’hui aux Jeux olympiques, où le parcours accidenté pourrait favoriser des coureurs moins puissants mais plus à l’aise sur les pentes que l’Italien. « Ce n’est pas un chrono tout plat », met en garde Rémi Cavagna, le champion de France de la discipline qui espère tirer son épingle du jeu : « Je pense qu’il y aura des surprises et que ce n’est pas un pur rouleur qui gagnera. Ce sera quelqu’un qui passera bien les montées et gère bien son effort. » Les 44,2 km du parcours (deux boucles de 22,1 km) présentent en effet un dénivelé positif total de 846 m. L’arrivée sera jugée sur le circuit du mont Fuji, à 120 km de Tokyo, où Richard Carapaz a triomphé samedi dernier sur la course en ligne.

Filippo Ganna, champion du monde en titre et vainqueur cette saison de deux étapes contre-la-montre du Giro (le Tour d’Italie), reste chez les hommes le favori logique, s’il parvient à gérer l’ascension de près de 5 kilomètres (pente maximale de 6 %) qui sera probablement le juge de paix de cette épreuve. Son principal adversaire sur le papier devrait être Wout van Aert. Déjà médaillé d’argent de la course en ligne, le Belge reste en contre-la-montre sur une victoire de prestige dans l’avant-dernière étape du Tour de France. Et quelques bosses à franchir ne sont pas de nature à faire peur à ce coureur tout-terrain, aussi à l’aise en montagne que dans l’effort solitaire.

Autre coureur à surveiller, le Suisse Stefan Küng, qui succéderait en cas de victoire à son compatriote Fabian Cancellara. Küng ne sera pas forcément avantagé par le profil du parcours, mais il est venu au Japon avec de grosses ambitions : « J’ai loupé les Jeux de Rio car je me suis blessé six semaines avant, aujourd’hui, c’est un rêve qui devient réalité. Pour être honnête, je ne suis pas là pour l’esprit olympique : participer n’est pas une victoire. J’ai des ambitions élevées, notamment dans le contre-la-montre », a-t-il déclaré, cité par son équipe Groupama-FDJ. Le Slovène Primoz Roglic, qui avait battu tous les spécialistes lors du contre-la-montre du Tour du Pays basque au printemps, sera lui aussi sur la ligne de départ avec des espoirs de médaille.

Côté Français, Cavagna sera le seul représentant tricolore, mais lui aussi arrive plein de confiance après son titre de champion de France : « C’est plutôt un beau parcours, dit l’Auvergnat. Je l’ai fait plusieurs fois, les jambes sont là. » Pour lui, comme pour tous les coureurs qui se sont spécifiquement préparés pour des conditions chaudes et humides attendues sur le Japon en juillet, la météo risque cependant de réserver une surprise : l’arrivée d’une tempête tropicale sur la région de Tokyo a provoqué des pluies abondantes et très nettement rafraîchi les températures.

Chez les dames, les Néerlandaises – à qui l’on promettait toutes les victoires – voudront se rattraper de leur terrible désillusion de dimanche dernier, où elles ont été piégées par l’Autrichienne Anna Kiesenhofer, partie avec une échappée dès les premiers kilomètres. Anna van der Breggen, médaillée de bronze sur le chrono à Rio 2016, et Annemiek van Vleuten, très déçue de sa deuxième place de la course en ligne, seront parmi les grandes favorites.

Christophe BEAUDUFE/AFP


Filippo Ganna, le maître actuel du contre-la-montre, n’aura pas forcément la partie facile aujourd’hui aux Jeux olympiques, où le parcours accidenté pourrait favoriser des coureurs moins puissants mais plus à l’aise sur les pentes que l’Italien. « Ce n’est pas un chrono tout plat », met en garde Rémi Cavagna, le champion de France de la discipline qui espère tirer...

commentaires (0)

Commentaires (0)

Retour en haut