Rechercher
Rechercher

Dernières Infos - Aéroport de Kaboul

La Turquie veut discuter avec les talibans, affirme Erdogan



La Turquie veut discuter avec les talibans, affirme Erdogan

Le président turc Recep Tayyip Erdogan, lors d'une conférence de presse à Ankara, le 21 septembre 2020. Photo d'archives Adem ALTAN / AFP

La Turquie, qui négocie avec les Etats-Unis la sécurisation de l'aéroport de Kaboul après le retrait des forces internationales d'Afghanistan, entend mener des discussions avec les talibans qui s'opposent à cette mesure, a annoncé lundi le président Recep Tayyip Erdogan. "En ce moment, que ce soit au niveau du ministère des Affaires étrangères ou à mon niveau, (...) nous essayons de voir quelles discussions nous pouvons avoir avec les talibans et où ces échanges peuvent nous mener", a déclaré M. Erdogan lors d'une conférence de presse à Istanbul.

Ces déclarations interviennent après que les talibans ont fermement mis en garde la Turquie contre le maintien de militaires pour prendre en charge la sécurité de l'aéroport de Kaboul, affirmant que "les envahisseurs seront traités comme tels". Lundi, M. Erdogan a toutefois relativisé ces menaces, soutenant que les talibans "n'ont pas dit qu'ils ne voulaient pas de la Turquie". Début juillet, le président turc avait indiqué que Washington et Ankara s'étaient mis d'accord sur les modalités du maintien d'une force turque pour sécuriser l'aéroport international Hamid Karzaï, principale porte de sortie d'Afghanistan pour les diplomates occidentaux et les travailleurs humanitaires.

La crainte de voir cet aéroport tomber aux mains des talibans est d'autant plus grande que ces derniers mènent depuis mai une offensive contre l'armée afghane et ont conquis de vastes pans de territoires. En parallèle, les Etats-Unis ont accéléré ces dernières semaines le retrait de leurs forces qui devrait s'achever d'ici le 31 août, 20 ans après leur arrivée, selon le calendrier annoncé par le président américain Joe Biden. La Turquie, qui cherche à gagner les faveurs des Etats-Unis après des années de tensions, a proposé de prendre en charge l'aéroport après le retrait des forces étrangères, mais à condition de recevoir un soutien, notamment logistique. Membre de l'Otan, la Turquie a été depuis 2001 un acteur important en Afghanistan, pays où elle a déployé des centaines de militaires.

S'il ménage d'habitude les talibans dans ses discours publics, M. Erdogan a aussi critiqué lundi leur offensive en cours, la qualifiant d'"occupation". "De notre point de vue, l'approche des talibans en ce moment n'est pas une bonne approche. Nous lançons un appel aux talibans: mettez fin à cette occupation",


La Turquie, qui négocie avec les Etats-Unis la sécurisation de l'aéroport de Kaboul après le retrait des forces internationales d'Afghanistan, entend mener des discussions avec les talibans qui s'opposent à cette mesure, a annoncé lundi le président Recep Tayyip Erdogan. "En ce moment, que ce soit au niveau du ministère des Affaires étrangères ou à mon niveau, (...) nous essayons de...