Rechercher
Rechercher

Dernières Infos - Formation du gouvernement

Joumblatt : Il n'est pas honteux de faire des compromis


Joumblatt : Il n'est pas honteux de faire des compromis

Le chef du PSP, Walid Joumblatt, lors d'une visite auprès de dignitaires druzes dans la région de Aley, le 20 juin 2021. Photo ANI

Le leader druze libanais Walid Joumblatt a estimé dimanche qu'en politique "il n'est pas honteux de faire des compromis", dans un appel lancé implicitement aux protagonistes chargés de la formation du gouvernement, attendu depuis plus de dix mois.

Saad Hariri avait été désigné en octobre pour former le nouveau cabinet, mais il est depuis prisonnier d'un imbroglio politico-personnel avec le chef de l'État Michel Aoun et son camp politique, dirigé par son gendre Gebran Bassil. Le conflit porte sur leurs prérogatives constitutionnelles respectives et la répartition des portefeuilles. Walid Joumblatt appelle régulièrement au compromis entre les différentes parties. Il œuvre également avec le président de la Chambre Nabih Berry à mettre en place une initiative basée sur un cabinet de 24 (huit ministres pour chacun des trois grands pôles politiques), dans lequel aucune partie n'obtiendrait le tiers de blocage. Cette initiative est toutefois mise à mal par les tensions entre le chef de l'État et le Premier ministre désigné. Depuis la semaine dernière, de nouveaux tiraillements sont apparus entre la présidence et le chef du Législatif, qui a ouvertement pris position en faveur de Saad Hariri et imputé la responsabilité du blocage au camp présidentiel. 

"La situation actuelle est exceptionnellement mauvaise", a déclaré M. Joumblatt au cours d'une tournée auprès de dignitaires druzes de la région de Aley, estimant qu'il semble qu'il n'y aura "pas de solution dans un futur proche" et qu'aucune résolution "ne viendra de l'étranger". Insistant pour une solution "en interne" à la crise gouvernementale, il a souligné qu'en politique, "il n'est pas honteux de faire des compromis". Au contraire "les compromis sont à la base de la politique, pour le bien de la nation". "Il faut former un cabinet qui mettra un terme à l'effondrement et pourra négocier avec la Banque mondiale et les institutions financières internationales afin que nous puissions contracter des prêts", a-t-il en outre ajouté.

Concernant le gouvernement sortant de Hassane Diab, le chef druze a estimé que "certains empêchent" le cabinet démissionnaire de travailler, alors qu'il devrait pouvoir assumer certaines responsabilités, notamment en approuvant le budget de l'État pour l'année en cours.


Le leader druze libanais Walid Joumblatt a estimé dimanche qu'en politique "il n'est pas honteux de faire des compromis", dans un appel lancé implicitement aux protagonistes chargés de la formation du gouvernement, attendu depuis plus de dix mois. Saad Hariri avait été désigné en octobre pour former le nouveau cabinet, mais il est depuis prisonnier d'un imbroglio politico-personnel avec...