Rechercher
Rechercher

Dernières Infos - Crise au Liban

Pas de hausse des tarifs d'Internet, rassure le patron d'Ogero

Pas de hausse des tarifs d'Internet, rassure le patron d'Ogero

Photo publiée par le patron d'Ogero montrant les vrais et faux tarifs d'Internet. Twitter/ @ikreidieh

Le directeur de la compagnie de gestion du réseau des Télécoms au Liban, Ogero, Imad Kreidieh, a affirmé vendredi qu'une hausse des tarifs des abonnements Internet n'est pas à l'ordre du jour, démentant ainsi des rumeurs qui circulent à ce propos au moment où le pays subit une grave crise caractérisées entre autres par une hyperinflation. M. Kreidieh a rappelé qu'une telle décision est du ressort du gouvernement, et non de la compagnie.

"Pas de changement des tarifs d'Internet. Une telle décision est exclusivement du ressort du Conseil des ministres réuni et en exercice", a écrit de M. Kreidieh sur son compte Twitter. "Ignorez les listes de faux tarifs et leurs auteurs... en attendant qu'un nouveau gouvernement soit formé et qu'il obtienne la confiance de la Chambre et se réunisse", a-t-il ajouté, en s'adressant aux usagers.


Le patron d'Ogero dément ainsi des rumeurs circulant sur les réseaux sociaux et qui font état de listes de "nouveaux tarifs d'Internet". Imad Kreidieh a repris dans un montage photo une liste qui circule avec de faux prix, et une autre avec les vrais tarifs.

En plus de la profonde crise économique qui le frappe, le Liban souffre d'une grave pénurie de courant électrique, l'Etat ne fournissant plus que quelques heures d'alimentations par jour. Ce qui fait que le recours aux générateurs privés est en forte augmentation, provoquant des pannes en séries en raison des surcharges occasionnées. Ces pannes ont touché le réseau d'Ogero. La dernière panne en date a provoqué un arrêt des services de la compagnie ce matin dans la région du Barouk.



Le directeur de la compagnie de gestion du réseau des Télécoms au Liban, Ogero, Imad Kreidieh, a affirmé vendredi qu'une hausse des tarifs des abonnements Internet n'est pas à l'ordre du jour, démentant ainsi des rumeurs qui circulent à ce propos au moment où le pays subit une grave crise caractérisées entre autres par une hyperinflation. M. Kreidieh a rappelé qu'une telle décision...