Rechercher
Rechercher

Culture - Documentaire

« Tout est possible, tout est surmontable »

C’est un message de liberté et d’espoir que transmettent les réalisateurs Marie Arnaud et Jacques Debs à travers le documentaire « Vertiges du Verdon », diffusé sur Arte ce soir, vendredi 4 juin à 18h55, heure de Paris. 

« Tout est possible, tout est surmontable »

Marie Arnaud et Jacques Debs, tandem franco-libanais de réalisateurs. Photo Manu

Le récent film de Marie Arnaud et Jacques Debs, tandem franco-libanais installé en France, mais aussi citoyens du monde, offre un voyage à travers les quatre éléments, où paysages majestueux et rencontres humaines se côtoient, fusionnent dans un magnifique silence et sur fond des interprétations des Chanteurs d’oiseaux, lauréats des Victoires de la musique classique 2017. C’est un « ailleurs » cité par Jean Giono au début de ce documentaire de 43 minutes qu’offrent à voir les deux réalisateurs passionnés et épris de liberté. Habitués des voyages, ils ont déjà à leur actif des réalisations originales, notamment ce cycle Églises premières, qui s’est déroulé au Liban, en Éthiopie, en Inde et en Arménie, qui donnent toujours la part belle à la musique. « Nous voulions cette fois-ci faire un film sur la France, particulièrement en cette période difficile, pour rendre hommage à son côté éternel, à sa nature, son peuple et à ses hommes. Nous avons pensé au Verdon. C’est une région très spéciale, à la fois exigeante et généreuse, que Marie connaissait fort bien. Nous avons voulu raconter cette vallée à travers les quatre éléments », confie Jacques Debs.

« Vertiges du Verdon » de Marie Arnaud et Jacques Debs, Arte GEIE & Films d’Ici Philippe Lami. © P. Lami

Les images aériennes prises à partir d’un drone donnent un délicieux vertige. Elles sont nombreuses car trop de lieux sont inaccessibles dans cette vallée. C’est pourquoi le drone a été la caméra principale dans ce documentaire qui permet une immersion dans une nature difficile à apprivoiser.

D’autre part, l’adéquation entre la nature et les hommes est émouvante. Cette nature rugueuse ressemble aux hommes qui l’habitent. Les grimpeurs, les parapentistes, les spéléologues et les bergers qui représentent chacun un des quatre éléments parachèvent le tableau humain. Et ce sont les Chanteurs d’oiseaux, ces deux chanteurs qui parlent le même langage que les volatiles – un langage d’anges – qui font le lien humain entre la nature et les hommes. « Ils sont capables de chanter tous les chants d’oiseaux et s’intègrent parfaitement dans la trame du récit. C’est passionnant à filmer », ajoute Debs.

Dans ce documentaire, nous n’avons pas l’impression d’être en pleine crise Covid, mais plutôt d’avoir surmonté cette pandémie ainsi que toutes les contraintes et l’emprisonnement qu’elle a imposés aux hommes. « Nous avons voulu montrer qu’on peut malgré tout grimper des falaises vertigineuses, descendre des rapides furieux. Tout est possible, tout est surmontable. Il faut pour cela garder la foi, la joie de vivre et surtout l’espérance », conclut Jacques Debs.

Le récent film de Marie Arnaud et Jacques Debs, tandem franco-libanais installé en France, mais aussi citoyens du monde, offre un voyage à travers les quatre éléments, où paysages majestueux et rencontres humaines se côtoient, fusionnent dans un magnifique silence et sur fond des interprétations des Chanteurs d’oiseaux, lauréats des Victoires de la musique classique 2017. C’est un...
commentaires (0)

Commentaires (0)

Retour en haut