Rechercher
Rechercher

Dernières Infos

UE: la Hongrie rejette toute "déclaration partiale" vis-à-vis d'Israël

Le ministre hongrois des Affaires étrangères Peter Szijjarto. Photo d'archives Attila Kisbenedek/AFP via Getty Images

La Hongrie, qui a refusé mardi d'apporter son soutien à une déclaration de l'Union européenne appelant à un cessez-le-feu entre Israël et les Palestiniens, a fustigé ce type de positions, les jugeant "partiales et déséquilibrées".

"J'ai un problème général avec les déclarations européennes sur Israël (...) Elles ne sont pas d'une grande aide, en particulier dans les circonstances actuelles, quand les tensions sont si fortes", a déclaré le ministre des Affaires étrangères Peter Szijjarto, dans une interview accordée à l'AFP en marge d'un déplacement à Paris. Il s'exprimait alors que ses homologues se réunissaient en urgence sous l'égide du chef de la diplomatie européenne Josep Borrell. Ce dernier a appelé à l'issue de la rencontre à "un arrêt immédiat de toutes les violences" dans le conflit israélo-palestinien.

Depuis le début du nouveau cycle de violences armées entre l'Etat hébreu et des groupes de Gaza le 10 mai, au moins 230 personnes, en grande majorité des Palestiniens, ont été tuées.

"L'objectif est de protéger les civils et de permettre l'accès de l'aide humanitaire à Gaza", a expliqué M. Borrell, en soulignant que cette déclaration avait l'appui de 26 des 27 Etats membres de l'Union européenne, mais pas celui de la Hongrie.

De manière plus large, M. Szijjarto a appelé l'Union européenne à privilégier le "pragmatisme" aux "leçons de morales", alors que Budapest a récemment usé de son droit de veto pour bloquer des déclarations sur la Chine.

"Au cours des derniers mois et années, l'UE a annoncé huit textes" sur ce sujet. "Je pose la question: est-ce qu'elles ont permis de changer les choses en Chine?", a lancé le responsable hongrois. "Non. Alors pourquoi devrions-nous en faire un neuvième?" Et d'appeler à "moins de jugement, moins de leçons de morale, moins de critique, moins d'interférence et plus de coopération pragmatique" de la part de Bruxelles.


La Hongrie, qui a refusé mardi d'apporter son soutien à une déclaration de l'Union européenne appelant à un cessez-le-feu entre Israël et les Palestiniens, a fustigé ce type de positions, les jugeant "partiales et déséquilibrées"."J'ai un problème général avec les déclarations européennes sur Israël (...) Elles ne sont pas d'une grande aide, en particulier dans les...