Rechercher
Rechercher

Dernières Infos - Liban

Bassil contre la levée des subventions avant un programme global d'aide

Bassil contre la levée des subventions avant un programme global d'aide

Le chef du Courant patriotique libre, le député Gebran Bassil. Photo d'archives AFP

Le chef du Courant patriotique libre, le député Gebran Bassil, s'est prononcé mardi contre "la levée des subventions avant l'annonce d'un programme global et du détail de son financement", alors que les réserves de la Banque du Liban (BDL) s'épuisent.

La BDL subventionne au taux de 1.507 livres libanaises pour un dollar la farine, le carburant et les médicaments, et pour 3.900 L.L. le dollar certaines denrées alimentaires de base (huile, viande, etc.), tandis que le billet vert se vend pour plus de 12.000 L.L. sur le marché parallèle.

"Il y a plus d'un an, nous avons réclamé une rationalisation progressive des subventions, par décision du gouvernement avec calendrier à l'appui, et sur la base d'une loi du Parlement", afin de distribuer des cartes d'approvisionnement aux plus démunis, a tweeté le chef du CPL. "Personne n'a le droit, en vertu de la loi et de la Constitution, d'agir seul et de provoquer la panique parmi les gens". 

"Empêcher l'instrumentalisation (des subventions) par les commerçants et les contrebandiers est nécessaire et urgent", a concédé M. Bassil, alors qu'il est établi que près de 40% du carburant subventionné par l'État libanais passe en contrebande en Syrie. "Toutefois, il ne faut pas supprimer les subventions avant d'annoncer un programme complet et approuver son financement. Tout montant en quelque devise que ce soit, versé aux déposants à partir de leurs comptes, est un dû. Cela rétablit une certaine confiance, car il fait baisser le prix gonflé du dollar et fait bouger l'économie", a-t-il poursuivi. 

Pour sa part, Samir Geagea, chef des Forces libanaises et l'un des plus farouches opposants à Gebran Bassil, a estimé que "tant que le Hezbollah et le Courant patriotique libre sont au pouvoir, nous connaîtrons chaque jour une nouvelle crise. Hier et aujourd'hui, une crise de l'essence, demain et après demain celle du mazout, et plus tard celle des denrées alimentaires. Et ainsi de suite jusqu'à la +victoire+", a ironisé le leader chrétien sur son compte Twitter.

Le gouvernement planche depuis des mois sur une alternative aux subventions. Toutefois, rien de concret ne semble encore avoir émergé, si ce n’est l’idée d’une "carte d’approvisionnement" distribuée à 75% de la population et devant être financée par la communauté internationale, a expliqué la semaine dernière, le Premier ministre sortant, Hassane Diab. Sans quoi, a-t-il averti, il faudra puiser dans les réserves en devises de la BDL, même celles qui sont obligatoires, Hassane Diab ayant pris le parti de ne pas supprimer les subventions sans solution de rechange. Les réserves de la BDL s'élevaient selon lui à la mi-mars à 16,5 milliards de dollars, dont 15 milliards de réserves obligatoires.


Le chef du Courant patriotique libre, le député Gebran Bassil, s'est prononcé mardi contre "la levée des subventions avant l'annonce d'un programme global et du détail de son financement", alors que les réserves de la Banque du Liban (BDL) s'épuisent.La BDL subventionne au taux de 1.507 livres libanaises pour un dollar la farine, le carburant et les médicaments, et pour 3.900 L.L. le...