Rechercher
Rechercher

Culture - Spectacle

Pour aller plus loin et briser les frontières, pourquoi ne pas danser ?

Le BCB (Beyrouth Contemporary Ballet), fondé il y a quatre ans par Jana Younès, Wafa Bouty et Jens Bjerragaard, a présenté sa première performance théâtrale, « Trespass », sur les planches du théâtre Tournesol, devant un public de 25 personnes et sur trois journées consécutives. La représentation filmée sera disponible en ligne à partir du 15 mai.

Pour aller plus loin et briser les frontières, pourquoi ne pas danser ?

Six danseurs participent au spectacle « Trespass ». Photo DR

Depuis la nuit des temps, l’état de conditionnement moral et physique que l’homme subit et le besoin de le dépasser pour exister pleinement sont une réalité incontournable. Outrepasser les règles politiques, les obstacles que la société impose, transcender la laideur et la violence, trouver la liberté dans la beauté, distancer les limites géographiques, surmonter les différences religieuses, franchir les limites, voilà la dynamique dans laquelle s’inscrit Trespass. Il s’agit du premier spectacle de la compagnie BCB (Beyrouth Contemporary Ballet), fondée il y a quatre ans par Jana Younès, Wafa Bouty et Jens Bjerragaard et présenté sur les planches du théâtre Tournesol, devant un public de 25 personnes, sur trois journées consécutives. « La pandémie, le confinement et la crise libanaise sont venus nourrir ce concept, et non le contraire, sans oublier l’intrusion sanitaire », avoue Younès. Pour toujours aller plus loin et retrouver sa liberté d’expression, pour ne pas succomber aux intrusions et arriver à les franchir, on peut écrire, chanter et, pourquoi pas, danser ?


Distancer les limites géographiques, surmonter les différences religieuses, franchir les limites, voilà la dynamique dans laquelle s’inscrit « Trespass, » premier spectacle de la compagnie BCB (Beyrouth Contemporary Ballet). Photo DR

Retour à la vie

« Le théâtre est un art vivant, un art de chair et d’os, où l’on voit et l’on sent les artistes sur scène ; le petit écran ne remplacera jamais la scène. Nous avions besoin de contact, et d’émotions, même si celles-ci nous déstabilisent. Longtemps privés de spectacles en présentiel, nous avons dû patienter, confie la danseuse, le temps de retrouver le chemin des planches, afin que tous ensemble, public et artistes, au même endroit, puissions partager la même passion, chacun de son côté préféré de la scène. »

Trespass prend son envol sur des compositions d’Agnès Obel, puis de Daniel Wohl, avec des danseurs vêtus de capes rouges, escaladant un mur qu’ils traversent avant de pénétrer de l’autre côté. Avec leurs écharpes toujours en place, ils amorcent un acte de persévérance implacable à la fin duquel le dernier masque sera ôté.

Le deuxième acte verra un changement radical de lumière et les danses sont toutes basées sur le partenariat (de groupe, duos, trios, quintettes, etc.), reflétant les conflits sociaux par les connexions et autres dialogues. « Dans cette section, précise Jana Younès, nous avons mis en place un miroir en rotation afin d’aider le public à traverser un espace en profondeur. La transition est dépeinte grâce au quatuor féminin, sur un poème de Christine Kettaneh. Quand les derniers mots sont prononcés, nous sentons, touchons et nous embrassons. Le dernier acte, sur la voix cristalline de Fairouz, verra l’espoir renaître, et la vie prendre le dessus. La scénographie a été réalisée grâce à du matériel recyclé. »


Une scène du spectacle « Trespass » de la compagnie Beyrouth Contemporary Ballet. Photo DR

Enjamber les barrières

Lui est danois, chorégraphe, danseur et professeur de danse. Elle est réalisatrice, chorégraphe et danseuse, mais elle est avant tout une artiste. C’est lors de la réalisation du programme So You Think You Can Dance (en 2014) que Jana Younès rencontre Jens Bjerragaard. Deux ans plus tard, un autre film verra le jour, And So Do I, présenté dans différents festivals, et avec lui germera l’idée de créer une structure pour une compagnie de danse.

« Nous avions commencé à réfléchir la compagnie BCB il y a 4 ans, raconte Jana Younès, et à entamer un travail au studio, avec l’espoir de créer une plateforme pour offrir, éventuellement dans un avenir proche, des formations et des ateliers de travail. »

La chorégraphe précise que la différence entre une compagnie et une école est celle même qui sépare une école de musique d’un groupe. « Nous sommes dans une performance très exigeante et dans une reproduction qui privilégie le moment, dit-elle. Car l’essence de l’art contemporain réside dans l’instant, et la thématique que nous soulevons s’applique aux années qui ont précédé et à celles qui vont suivre. Notre travail est très technique et le mot “contemporary” implique une formation classique mais une représentation dans le monde contemporain. »

Wafa Bouty rejoint le duo comme troisième membre fondateur. Lancée en 2017 à Dubaï, la compagnie réalise quelques projets. Depuis, Jana Younès et sa troupe se sont produites en Chine, à Düsseldorf et en Égypte, et ont présenté quelques performances privées au Liban.

Aujourd’hui, la compagnie s’est agrandie et compte six danseurs. Elle s’est produite pour la première fois au Liban. La représentation filmée de Trespass sera présentée en ligne à partir du 15 mai. « C’est aussi une forme de dépassement, après tous les événements qui nous ont immobilisés », ajoute l’artiste. Les trois principales barrières, partant du global pour arriver au plus intime, que le spectacle propose de dépasser, ont pour but d’accéder à un monde meilleur, là où l’homme peut se réaliser pleinement et en toute liberté.

Aujourd’hui âgée de 29 ans, Jana Younès ne se laisse pas décourager : « Je suis confiante quant à l’avenir. Le combat ne fait que commencer, on succombe ou on continue. J’étais décidée à présenter le spectacle, même face à un public de deux personnes. Je suis zen et prête ! » 

L’équipe de « Trespass »

Direction et production : Jana G. Younès

Chorégraphie : Jens Bjerregaard

Scénographie : Yara Tayoun

Danseurs : Dana Amer, Anthony Nakhlé, Jana Younès, Mira

Majzoub, Elodie Rose, Wafa Bouty

www.beirutcontemporaryballet.com

@beirutcontemporaryballet

[email protected]

[email protected]


Depuis la nuit des temps, l’état de conditionnement moral et physique que l’homme subit et le besoin de le dépasser pour exister pleinement sont une réalité incontournable. Outrepasser les règles politiques, les obstacles que la société impose, transcender la laideur et la violence, trouver la liberté dans la beauté, distancer les limites géographiques, surmonter les différences...

commentaires (0)

Commentaires (0)

Retour en haut