Rechercher
Rechercher

Monde - Royauté

Le prince Philip, époux d'Elizabeth II, s'est éteint, le Royaume-Uni en deuil

Jusqu'aux funérailles, limitées par la pandémie de coronavirus, le Royaume-Uni observera une période de deuil national.

Le prince Philip, époux d'Elizabeth II, s'est éteint, le Royaume-Uni en deuil

Le portrait du prince Philip, époux de la reine Elizabeth II, affiché sur l'écran géant de Piccadilly Circus à Londres, le 9 avril 2021, après l'annonce de son décès. Photo AFP / Niklas HALLE'N

Le Royaume-Uni porte le deuil: le prince Philip, soutien sans faille de son épouse la reine Elizabeth II pendant plus de sept décennies, est mort "paisiblement" vendredi matin à l'âge de 99 ans au château de Windsor, près de Londres. "C'est avec une profonde tristesse que sa majesté la reine annonce la mort de son époux bien aimé le prince Philip, duc d'Edimbourg", selon un communiqué du palais de Buckingham. "Son Altesse royale est décédée paisiblement ce matin au château de Windsor", a précisé le palais.

Des grilles des palais royaux aux capitales du monde entier, en passant par le monde des courses hippiques ou les créateurs de la série "The Crown", témoignages de sympathie et condoléances ont afflué pour rendre hommage au prince, qui aurait eu 100 ans le 10 juin.

Connu pour son tempérament impétueux et ses blagues parfois de mauvais goût, mais surtout pour son inlassable dévouement à la royauté, le duc d'Edimbourg, né prince de Grèce et du Danemark, avait été hospitalisé récemment pendant un mois pour une infection et un problème cardiaque. 

Les drapeaux du royaume sont en berne et le visage souriant de l'époux de la reine s'affiche sur le célèbre écran géant de Piccadilly Circus à Londres, en lieu et place les habituelles publicités. A partir de 17h00 GMT, la cloche de l'abbaye de Westminster a sonné chaque minute, 99 fois. Jusqu'aux funérailles, dont la date est encore inconnue, le Royaume-Uni observera une période de deuil national. En raison du coronavirus, la reine envisage des "dispositions modifiées" pour les obsèques, qui seront annoncés en "temps voulu", a précisé dans l'après-midi Buckingham. Mais la société royale College of Arms, gardienne du protocole, affirme qu'il ne s'agira pas d'obsèques d'Etat. Conformément aux souhaits du prince Philip, la cérémonie se tiendra en la chapelle Saint-George du château de Windsor. En raison de la pandémie, il sera demandé au public de ne pas de s'y rendre.

Devant Downing Street, le Premier ministre britannique Boris Johnson a salué "la vie et le travail extraordinaires" du prince Philip. "Nous sommes en deuil, avec Sa Majesté la reine, nous lui présentons nos condoléances, à sa famille", a déclaré le chef du gouvernement. Les événements publics gouvernementaux sont annulés, parmi lesquels la sortie au pub de Boris Johnson qui était prévue pour marquer leur réouverture lundi, après plus de trois mois de confinement. Les partis politiques ont décidé de suspendre la campagne en vue des élections locales du 6 mai.

"Inséparables" 
Au palais de Buckingham, dans le cœur de Londres, des Britanniques se succèdent pour déposer des fleurs au pied des grilles, malgré l'appel de Buckingham à ne pas se rassembler en masse en raison de la crise sanitaire. Au lieu de déposer des fleurs, la famille royale encourage les Britanniques à faire un don à une association.

"C'est vraiment important, historique", a déclaré à l'AFP Megan Stevens, étudiante de 22 ans, devant le château de Windsor. "Il représentait le devoir, il a toujours été très dévoué au pays et à la reine", envers qui "il a toujours été très respectueux", a-t-elle ajouté, "je pense que c'est ce que les gens aiment chez lui". 

Les hommages ont afflué du monde entier, notamment du Commonwealth et des familles royales européennes. Le roi Felipe VI et la reine d'Espagne ont salué son sens "du service et du dévouement".
Joe Biden a salué "les décennies d'action dévouée" de l'époux de la reine, Angela Merkel son "sens du devoir, tandis que le président français Emmanuel Macron a salué sa "vie exemplaire" dans un tweet en anglais.

Le duc d'Edimbourg avait été hospitalisé le 16 février à Londres pour une infection, avant de subir "avec succès" début mars une intervention pour un problème cardiaque préexistant. Il était sorti de l'hôpital pour retourner le 16 mars à Windsor, à l'Ouest de Londres, où il a passé le confinement avec son épouse de 94 ans.

Record de longévité 
L'hospitalisation du prince Philip était survenue en pleine crise pour la famille royale, avec la diffusion le 7 mars aux Etats-Unis d'une interview explosive du prince Harry, son petit-fils, et de son épouse Meghan Markle, près d'un an après leur retrait de la monarchie et leur exil en Californie. Le couple a dénoncé le racisme de certains membres de la famille royale, précisant hors caméra qu'il ne s'agissait ni de la reine ni de son époux. "Merci pour votre service... vous nous manquerez grandement", peut-on lire sur la page d'accueil du site de la fondation du couple, Archewell.

Le prince Philip, né à Corfou le 10 juin 1921 avec les titres de prince de Grèce et du Danemark, a battu en 2009 le record de longévité des conjoints de monarques britanniques, jusque là détenu par Charlotte, épouse de George III. 

Envoyé en Ecosse pour sa scolarité, il fait ses classes à partir de 1939 dans l'armée britannique, au Royal Naval College de Dartmouth (Sud de l'Angleterre). Il rencontre à cette époque la princesse Elizabeth. Leur union est célébrée le 20 novembre 1947. Ils ont eu quatre enfants (Charles, Anne, Andrew et Edward). Le duc d'Edimbourg a pris sa retraite en août 2017, après avoir participé à plus de 22.000 engagements publics officiels depuis l'accession de son épouse au trône en 1952.

En janvier 2019, il avait eu un spectaculaire accident de voiture après lequel il avait renoncé à conduire.

Le prince Philip et Elizabeth II ont célébré en novembre 2017 leurs noces de platine au château de Windsor. Les cloches de l'abbaye de Westminster, où ils s'étaient mariés le 20 novembre 1947, avaient sonné pendant plus de trois heures à cette occasion.

Le Royaume-Uni porte le deuil: le prince Philip, soutien sans faille de son épouse la reine Elizabeth II pendant plus de sept décennies, est mort "paisiblement" vendredi matin à l'âge de 99 ans au château de Windsor, près de Londres. "C'est avec une profonde tristesse que sa majesté la reine annonce la mort de son époux bien aimé le prince Philip, duc d'Edimbourg", selon un communiqué...
commentaires (4)

100 ans quand même la reine n'a pas à se plaindre

Eleni Caridopoulou

18 h 09, le 09 avril 2021

Tous les commentaires

Commentaires (4)

  • 100 ans quand même la reine n'a pas à se plaindre

    Eleni Caridopoulou

    18 h 09, le 09 avril 2021

  • Il faut reconnaître qu'il était modeste quoi, philip c'est petit sans pe !

    Wlek Sanferlou

    17 h 07, le 09 avril 2021

  • Il n'est pas à plaindre, il a eu une belle vie sans avoir à se battre pour nourrir sa famille. Mais c'est à l'image des parcours de vie,: il y a ceux qui voyagent en première classe, et ceux qui voyagent pieds nus et qui voient mourir leurs enfants, de faim, de soif ou de noyade sur les routes de l'exil.

    Politiquement incorrect(e)

    16 h 08, le 09 avril 2021

  • JE REGRETTE PLUS LE COMMUN DES PEUPLES ET DES GENS PAUVRES QUI SOUFFRENT ET QUI MEURENT QUE DES PRINCES ET DES ROIS.

    LA LIBRE EXPRESSION

    15 h 04, le 09 avril 2021

Retour en haut