Rechercher
Rechercher

Moyen-Orient - Affaire Khashoggi

Un haut responsable saoudien dément avoir menacé de mort une rapporteuse de l'ONU

Le responsable saoudien a menacé à deux reprises de "prendre soin" de Mme Callamard si les Nations unies ne freinaient pas ses ardeurs, avait rapporté le quotidien The Guardian.

Un haut responsable saoudien dément avoir menacé de mort une rapporteuse de l'ONU

La rapporteuse de l'ONU, Agnes Callamard le 26 Juno 2019 à Genève. AFP / FABRICE COFFRINI

Un haut responsable saoudien a démenti jeudi avoir proféré des menaces de mort à l'encontre de la rapporteuse de l'ONU, Agnes Callamard, à la suite de son enquête sur l'assassinat du journaliste Jamal Khashoggi en 2018.

Lors d'une réunion avec des responsables de l'ONU à Genève en janvier 2020, un haut responsable saoudien a menacé à deux reprises de "prendre soin" de Mme Callamard si les Nations unies ne freinaient pas ses ardeurs, a rapporté cette semaine le quotidien The Guardian.

Sans nommer le responsable saoudien, la rapporteuse spéciale de l'ONU sur les exécutions extrajudiciaires, sommaires et arbitraires a déclaré au journal britannique que le commentaire était perçu par ses collègues basés à Genève comme une "menace de mort".

"Bien que je ne me souvienne pas des conversations exactes, je n'aurais jamais voulu nuire à une personne nommée par l'ONU, ou à qui que ce soit d'ailleurs", a écrit sur Twitter le chef de la commission des droits de l'Homme d'Arabie saoudite, Awwad Alawwad. "Je rejette cette suggestion dans les termes les plus forts", a écrit cet ancien ministre saoudien, se disant "découragé par le fait que tout ce que j'ai dit puisse être interprété comme une menace".

Lire aussi

Meurtre de Jamal Khashoggi : l’impunité de MBS serait tragique pour la région

Rupert Colville, porte-parole du bureau des droits de l'homme de l'ONU à Genève, a confirmé que "les détails de l'article du Guardian sur la menace visant Agnes Callamard étaient exacts". L'organe de l'ONU avait informé Mme Callamard de la menace, a-t-il ajouté dans un communiqué à l'AFP. Mme Callamard n'a fait aucun commentaire dans l'immédiat.

Jamal Khashoggi, un ancien proche du pouvoir saoudien dont il était devenu un féroce détracteur, a été assassiné en 2018 au consulat de son pays à Istanbul, un événement qui a provoqué une onde de choc planétaire.

Les Etats-Unis ont publiquement accusé fin février le prince héritier d'Arabie saoudite, Mohammad ben Salmane, d'avoir "validé" l'assassinat de Jamal Khashoggi et ont sanctionné certains de ses proches, sans aller jusqu'à punir le puissant dirigeant dans l'espoir d'éviter une crise ouverte avec cet allié-clé. Riyad a "totalement rejeté" cette accusation contenue dans un rapport des services de renseignements américains.


Un haut responsable saoudien a démenti jeudi avoir proféré des menaces de mort à l'encontre de la rapporteuse de l'ONU, Agnes Callamard, à la suite de son enquête sur l'assassinat du journaliste Jamal Khashoggi en 2018.Lors d'une réunion avec des responsables de l'ONU à Genève en janvier 2020, un haut responsable saoudien a menacé à deux reprises de "prendre soin" de Mme Callamard si...

commentaires (0)

Commentaires (0)

Retour en haut