Rechercher
Rechercher

Dernières Infos - Libye

Tripoli demande la publication d'un rapport d'experts de l'ONU sur la corruption

Tripoli demande la publication d'un rapport d'experts de l'ONU sur la corruption

Le rapport doit être remis formellement aux 15 membres du Conseil de sécurité de l'ONU d'ici la mi-mars. Photo d'illustration AFP

Les autorités intérimaires libyennes ont appelé mardi un groupe d'experts de l'ONU à rendre public son rapport encore confidentiel sur des allégations de corruption et d'achat de voix durant le dialogue politique interlibyen, dont des extraits ont été révélés dimanche par l'AFP.

Le Conseil présidentiel et le Premier ministre, Abdel Hamid Dbeibah, ont appelé dans un communiqué le Comité des experts onusiens chargés de l'embargo sur les armes et des sanctions contre la Libye à "publier son enquête sur les allégations de corruption durant le Forum du dialogue" politique (FDPL).

"Réitérant leur engagement à combattre la corruption par tous les moyens légaux", le Conseil présidentiel et le Premier ministre désigné ont assuré qu'ils ne permettraient pas qu'une personne "impliquée dans la corruption" occupe des "fonctions de responsabilité".

Le Forum du dialogue politique a été lancé en novembre dernier à Tunis sous les auspices de l'ONU pour mettre sur pied un exécutif unifié et sortir ainsi la Libye d'une décennie de chaos et d'une impasse politique majeure avec deux autorités rivales à l'Ouest et à l'Est.

Composé de 75 délégués libyens de tous bords, il a permis début février à Genève la désignation de M. Dbeibah comme Premier ministre par intérim et Mohamed Al-Manfi à la tête d'un Conseil présidentiel de trois membres. Ce processus a cependant été entaché de faits de corruption durant le premier round qui s'est tenu à Tunis, d'après le Comité d'experts de l'ONU dans l'annexe d'un rapport encore confidentiel révélé dimanche par l'AFP.

Au moins trois participants se sont vus offrir des pots-de-vin pour voter en faveur de la liste gagnante, lit-on dans l'annexe 13 accompagnant le rapport final du Comité des experts onusiens chargés de l'embargo sur les armes et des sanctions contre la Libye.

Le rapport doit être remis formellement aux 15 membres du Conseil de sécurité de l'ONU d'ici la mi-mars. Selon une source diplomatique, il est possible que l'annexe 13 ne soit pas rendue publique.

M. Dbeibah doit obtenir la confiance du Parlement élu pour son gouvernement avant le 19 mars. Il n'a pas encore présenté ce cabinet alors qu'une séance parlementaire axée sur le vote de confiance doit avoir lieu le 8 mars.

Mardi, la Mission des Nations unies (Manul) en Libye a réagi aux allégations de corruption en rappelant que le Comité d'experts était "totalement indépendant" d'elle, en déclarant "ne pas être en mesure de les commenter".


Les autorités intérimaires libyennes ont appelé mardi un groupe d'experts de l'ONU à rendre public son rapport encore confidentiel sur des allégations de corruption et d'achat de voix durant le dialogue politique interlibyen, dont des extraits ont été révélés dimanche par l'AFP.Le Conseil présidentiel et le Premier ministre, Abdel Hamid Dbeibah, ont appelé dans un communiqué le...