Rechercher
Rechercher

Culture - Explosions de Beyrouth

Une réunion Unesco de donateurs n'est "pas d'actualité"

"Les conditions actuelles" pour la réunion "ne sont pas très propices car le gouvernement en place gère les affaires courantes" et est moins à même de mener des projets avec des fonds importants qui seraient ainsi apportés.

Une réunion Unesco de donateurs n'est

Le musée Sursock, dans le quartier d’Achrafiyeh à Beyrouth, avant (à gauche ; le 27 juin 2008) et après l’explosion du 4 août 2020. La façade, les vitraux et une vingtaine d’œuvres ont été endommagés. Photo AFP

"Les conditions sanitaires et surtout politiques ne sont pas encore réunies" pour organiser une conférence de donateurs pour la reconstruction du patrimoine de Beyrouth, dévastée par une explosion il y a six mois, a estimé vendredi l'Unesco.

Mais "s'il reste beaucoup à faire pour le patrimoine, beaucoup de choses se sont aussi faites", notamment dans le secteur de l'éducation, depuis le drame du 4 août au port de Beyrouth qui a détruit des quartiers entiers et fait plus de 200 morts, souligne aussi l'agence des Nations unies pour l'Éducation, la Science et la Culture basée à Paris. "Les conditions actuelles" pour la réunion de donateurs que la directrice générale de l'Unesco Audrey Azoulay avait annoncée fin août, "ne sont pas très propices car le gouvernement en place gère les affaires courantes" et est moins à même de mener des projets avec des fonds importants qui seraient ainsi apportés, explique-t-on. "On préfère avancer en bilatéral pour le moment". Mais une fois un gouvernement stable en place, "les choses pourront s'accélérer", ajoute-t-on.

Lire aussi

Six mois après l'explosion de Beyrouth, où en est l'aide internationale ?

Fin août, lors d'une visite au Liban, Mme Azoulay avait annoncé que l'Unesco organiserait une conférence internationale pour collecter des fonds au profit du patrimoine architectural de Beyrouth et du monde culturel. L'Unesco avait alors estimé à plusieurs centaines de millions d'euros les sommes nécessaires.

"Efforts pour les écoles"
L'autre volet de la mobilisation de l'Unesco portait sur l'éducation, alors que quelque 160 écoles avaient été endommagées, voire détruites, par l'explosion. Dans ce domaine, l'agence onusienne, qui a coordonné les efforts pour les écoles, avance avec fierté un bilan, six mois après, de 97 établissements d'enseignement en cours de rénovation (et 14 autres qui vont l'être), notamment grâce à un financement du Qatar d'environ 10 millions d'euros.

"Six mois après l'explosion, l'Unesco reste pleinement mobilisée dans le domaine de l'éducation, du patrimoine et de la culture. L'initiative Li Beirut a déjà donné des premiers résultats, notamment dans l'éducation (...) et pour le patrimoine, avec la sécurisation en cours de 14 bâtiments historiques. Mais beaucoup reste à faire et nous continuerons à mobiliser la communauté internationale", a souligné Audrey Azoulay dans une déclaration à l'AFP.

Lire aussi

À la Quarantaine, les façades ont été refaites, mais le cœur n’y est plus

Parmi les bâtiments historiques qui risquaient de s'écrouler aujourd'hui sécurisés, figurent la maison Boustany construite en 1880 et la maison Tobbagi construite en 1908 dans la rue Mar Mikhaël. Douze autres bâtiments sont en cours de consolidation et de stabilisation grâce au soutien de l'Allemagne.

L'Unesco est par ailleurs en train de négocier avec des pays du Proche-Orient pour des projets de sauvegarde du patrimoine "encore plus importants, supérieurs à 10 millions d'euros" et attend d'autres fonds pour le musée Sursock. Enfin l'agence travaille avec les autorités libanaises sur l'enseignement à distance (difficultés de connectivité, contenus...) et à une législation protectrice du patrimoine, en améliorant un projet daté de 2017.


"Les conditions sanitaires et surtout politiques ne sont pas encore réunies" pour organiser une conférence de donateurs pour la reconstruction du patrimoine de Beyrouth, dévastée par une explosion il y a six mois, a estimé vendredi l'Unesco. Mais "s'il reste beaucoup à faire pour le patrimoine, beaucoup de choses se sont aussi faites", notamment dans le secteur de l'éducation, depuis le...

commentaires (0)

Commentaires (0)

Retour en haut